Jump to content

Lens - Marseille / J34 / 06-05-23


CoeurO
 Share

Recommended Posts

il y a 6 minutes, Amaury a dit :

J'ai bien entendu pendant la conférence de presse. Hier FH a fait un entraînement avec les joueurs qui jouent moins et 9 joueurs de la réserve ? C'est beaucoup. 😅

Mais c'est bien franchement ! En soi, ça va vite 9 joueurs.

Il a même dit que quand les jeunes étaient là ça amenait beaucoup d'intensité !

Link to comment
Share on other sites

journal

« Mais Roger, t'es fada ou quoi ? » Les frères Boli se lâchent avant Lens-OM

L'un, Basile, restera à jamais le héros de Munich, l'autre, Roger, a terminé meilleur buteur de D1 avec Lens en 1993-1994. Nous avons réuni les deux frères à l'approche du choc de samedi soir entre Lens et l'OM. Et pour le Marseillais, le public olympien reste évidemment le meilleur.

Hervé Penotmis à jour le 5 mai 2023 à 17h56
ma liste
commenter
réagir
partager
 
 

Depuis quelques jours, les SMS fusent entre Basile et Roger Boli, les deux frangins. À l'aube de ce Lens-Marseille, ils se chambrent comme au bon vieux temps. Tout le monde connaît leur attachement à leurs clubs respectifs, entre le buteur inoubliable de l'OM en finale de la Ligue des champions en 1993 contre le Milan AC (1-0), devenu depuis ambassadeur, et le meilleur buteur de L1 avec Lens en 1993-1994 (20 buts, à égalité avec Youri Djorkaeff et Nicolas Ouédec). Nous les avons réunis via WhatsApp, l'un, Roger, étant basé en Côte d'Ivoire, où il gère ses affaires depuis des années, l'autre étant en déplacement au Luxembourg. Dans un éclat de rire permanent, les Boli ont renoué avec leur passé.

 
 

« Il a gâché ma soirée, j'avais les boules »

Roger Boli sur Lens-OM en 1992

 
 
 

« Le 15 février 1992, Lens a battu l'OM (2-1), un match qui détient toujours le record d'affluence à Bollaert (48 912). Ce fut l'un de vos duels les plus épiques. Quels souvenirs en gardez-vous ?
Roger Boli : Il faisait tellement froid, tu te souviens, Basile. Ohlalala...
Basile Boli : Oh oui ! Et sur le tableau noir, chez nous, on notait qui était le meilleur joueur adverse pour lui mettre un mec au marquage. C'était toi et ça m'angoissait. J'ai levé la main. Mais les minutes passaient et je ne m'en "occupais" pas. (Éric) Di Meco s'est approché : "Oh Baz, il est encore là Roger Boli sur le terrain !" Bon, qu'est-ce que j'ai fait ? Je l'ai emplâtré et je le voyais crier. Je lui ai dit : "Roger, heureusement que c'est moi qui te prends..." Mon père - c'était la première fois qu'il nous voyait adversaires - m'a demandé pourquoi je lui avais donné un coup. Je lui ai répondu : "Si c'est Di Meco, il l'envoie à l'hosto." (Les deux éclatent de rire)
R. B. : Mais c'était particulier pour nous car l'OM était la meilleure équipe et était sur une bonne dynamique. Un nul nous convenait et je marque puis Basile égalise. Basile a redynamisé son équipe mais quand il marque, je pense qu'il a gâché ma soirée, j'avais les boules. En plus, chaque fois que j'accélérais, je le voyais qui revenait, qui mettait une jambe, un pied... Avec eux, c'était physique (rire). (Jocelyn) Angloma, (Bernard) Casoni, Di Meco... Tu regardes une défense comme ça, tu ne sais pas par où passer ! Mais on était chez nous, c'était la fête et on aimait bien cet OM avec (Chris) Waddle. C'était bon enfant et ça m'a permis de retrouver Basile et toute la famille.

B.B. : Quand Roger marque, j'avais l'impression aussi d'avoir marqué, ça chantait partout Roger Boli, Roger Boli. Et j'entendais seulement Boli, bien sûr. On ne s'était pas lâchés du match, deux jours après j'étais en Bleu. Roger m'a dit : "Tu me gardes un maillot". Je lui ai répondu non. Mais finalement, j'ai craqué...
R. B. : Après le match, t'es même resté à la maison avec les supporters. On a passé une soirée top. Ce match de février 1992 restera un grand moment.
B.B. : Roger, c'est quand même le seul joueur qui recevait les supporters chez lui !

 
 

« A Marseille, on te prend en grippe, t'es mort »

Basile Boli sur les supporters

 
 
 

On évoque justement souvent le poids des supporters dans les deux clubs. Quel est donc le meilleur public de France entre Lens et l'OM ?
R. B. : C'est différent. À Lens, je retiens qu'il n'y a jamais de méchanceté. Ce sont des contextes différents mais ils sont plus compréhensifs à Lens qu'à Marseille où ils sont plus exigeants. C'est plus dur d'être aimé à Marseille qu'à Lens. Tu peux être mauvais à Lens mais le public ne s'en prendra pas à toi. Il va te siffler mais tout faire pour t'aider à revenir, à te pousser. À Marseille, t'es mort.
B. B. : À Marseille, on te prend en grippe, t'es mort. Mais Roger, t'es fada ou quoi ? Attends, vous avez les Corons qui lèvent les poils, une seule chanson, et nous, on en a plein : Aux armes, Allez l'OM, etc. (il chante) Tu rigoles ! Tu sais qu'on est le meilleur public, Roger ! Ici, tu vis le foot partout. Une fois, je vais à la boulangerie après une défaite à Lille. Le mec revenait du match, de 24 heures de bus et arrivait tout juste dans sa boulangerie. Et sur qui il tombe ? Sur Basile Boli. Et bien, il n'a pas voulu me servir !

R.B. : À Lens, il m'est arrivé d'avoir raté un penalty lors d'une séance de tirs au but contre Auxerre. Durant l'entraînement, les mecs étaient énervés après moi mais le week-end d'après, c'était oublié. Ils m'ont beaucoup aidé. Ils pouvaient être durs mais une fois que je faisais une envolée sur le côté, ils étaient tous derrière moi. Je suis fier de les voir là, car Lens a connu quelques difficultés, la L2... Se retrouver au pied de la C1 avec cet engouement dans la ville. J'aime voir cette ville vibrer, tout le monde est imprégné, je reçois beaucoup de messages actuellement. C'est une ville de foot qui mérite d'être au premier plan.

« T'as vu nos stats à l'extérieur? T'as vu comment on a pris Lyon? Y a pas photo! »

Basile Boli

 
 
 

Vous vous retrouvez à la veille d'un match historique. Vous vous en parlez ?
B. B. : Bien sûr ! Je lui ai envoyé tous les SMS que j'ai reçus récemment pour dire que son record de buts avait été battu.
R. B. : Tu n'arrêtes pas mais tu te trompes, il reste deux buts à mettre à (Loïs) Openda (18 buts) pour revenir sur moi...
B.B. : Et quand Lens a gagné contre Toulouse (1-0), il m'a appelé tout de suite. Mais à l'extérieur, on est pas mal comme à Lyon (2-1). Pour moi, c'est le match de la saison. Je ne suis pas surpris par Lens, c'est une vraie machine collective, y a pas mieux. Je connais un peu l'entraîneur, l'état d'esprit avec ce public qui galvanise. Mais ce que Roger sait, c'est qu'on va gagner.
R.B. : Ça m'étonnerait, je suis désolé, Basile, mais on est injouable à domicile.
B.B. : T'as vu nos stats à l'extérieur ? T'as vu comment on a pris Lyon ? pas photo !
R.B. : Mais Lyon, c'est pas Lens (rire). Cette année, je ne sais pas comment ils peuvent gagner.
B.B. : Mets-toi devant ta télé et tu verras. Ce que fait Tudor, ça n'a rien à voir avec le marquage individuel à la Guy Roux, c'est un marquage individuel dans une zone et ça surprend beaucoup à l'extérieur.

R.B. : Tudor sent le foot comme Franck Haise. Franck, je le connais bien, il a même eu Charly (Charles, son fils). Même si ça ne s'est pas bien terminé (après plusieurs prêts, il a été transféré à Pau [L2] en 2022), il a toujours eu un discours cohérent, a toujours fait ce qu'il a dit. C'est un bosseur et c'est un mec honnête. Et au fait, Baz, tu vois qui faire pencher la balance ?
B.B. : Votre côté gauche n'est pas top défensivement. Et sur les coups de pied arrêtés, on a tout pour marquer.
R.B. : Nous aussi on est forts sur les coups de pied arrêtés offensifs. Et tu parles de Facundo (Medina) à gauche ? Gradit, de l'autre côté, c'est top. Il est vif, court vite. On devra faire attention sur ce côté gauche peut-être mais on est tellement bons, on a un jeu tellement porté vers l'avant...
B.B. : Mais tu me parles du Real ou de Lens ? Tu as trop le coeur sang et or. Le pire, ce sont tes enfants. Ils m'envoient des SMS : "Tonton, qu'est-ce que t'en penses ?" Mais je ne réponds rien...
R.B. : Je vois un tarif maison, 3-0, dans une ambiance incroyable. Je suis un peu malheureux pour toi, Basile...
B.B. : Arrête Roger, arrête... (rires) »

Guy Roux, Nutella et boîte de nuit
Tout a débuté pour le duo à Auxerre avec Guy Roux. Ils n'ont rien oublié des ces nombreuses années passées ensemble, dans les années 1980, qui les ont façonnés. 
Roger Boli : « Il y a eu du travail pour arriver en haut. À Auxerre, Basile et moi, on en a chié (rire) ! 
Basile Boli : Oh oui ! 
R.B. : Tu te souviens quand tu as simulé une blessure lors d'un footing ? On tournait, on tournait et à un moment, Basile tombe. "J'ai mal". Guy (Roux) a dit : "On rentre." Tout le monde est allé le remercier. Tu nous a sauvés. 
B.B. : J'ai même reçu du Nutella de (Éric)Cantona. 
R.B. : C'était sa spécialité. Éric coupait un croissant en deux et mettait le pot entier de Nutella ! 
B.B. : À 17h, on entrait dans sa chambre et on attendait ça. Il y avait aussi (William)Prunier, lui, c'était les madeleines. On avait un bon fournisseur aussi, c'était (Franco) Vignola. Il filait absolument tout, même les clopes (rires). 
R.B. : Et le 31 décembre, on revenait tous à Auxerre l'après-midi pour fêter ensemble en boîte le soir. C'était une génération exceptionnelle avec une ambiance hors norme. Tout ça nous a forgés. »
publié le 5 mai 2023 à 15h55
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, vince a dit :
L'un, Basile, restera à jamais le héros de Munich, l'autre, Roger, a terminé meilleur buteur de D1 avec Lens en 1993-1994. Nous avons réuni les deux frères à l'approche du choc de samedi soir entre Lens et l'OM. Et pour le Marseillais, le public olympien reste évidemment le meilleur (...)

C'était vraiment une autre époque, où on te parle de tacles assassins, de nutella, de clopes, de sorties... Je ne suis personnellement par forcément nostalgique. Je préfère le football plus tactique d'aujourd'hui.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, enti a dit :

C'était vraiment une autre époque, où on te parle de tacles assassins, de nutella, de clopes, de sorties... Je ne suis personnellement par forcément nostalgique. Je préfère le football plus tactique d'aujourd'hui.

J'adore quand les sportifs des années 90 (voire même 2000) te déballent leurs histoires : c'est souvent croustillant, ça ferait un excellent bouquin !

Link to comment
Share on other sites

https://www.lavoixdunord.fr/1324057/article/2023-05-05/rc-lens-om-le-racing-avec-machado-mais-toujours-sans-said

Wesley (Saïd) a repris la course depuis trois jours. Ça se passe bien. Il fera un dernier examen lundi et si tout se passe bien, il reprendra l’entraînement collectif en fin de semaine prochaine ou au début de la suivante. »

 

Donc pas présent contre Reims, mais contre Lorient , ACA et AJA.

Edited by Ruka-2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, enti a dit :

C'était vraiment une autre époque, où on te parle de tacles assassins, de nutella, de clopes, de sorties... Je ne suis personnellement par forcément nostalgique. Je préfère le football plus tactique d'aujourd'hui.

Parce que tu crois qu’aujourd’hui c’est différent 😂😂

C’est même probablement pire qu’à l’époque !

Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Toutankhâmon a dit :

Parce que tu crois qu’aujourd’hui c’est différent 😂😂

C’est même probablement pire qu’à l’époque !

Concernant les tacles et les comportements agressifs, ils sont beaucoup plus sanctionnés qu'à l'époque oui. Un Di Meco serait exclus à chaque match de nos jours.

Pour le reste, la diététique et la préparation mentale ont pris une place conséquente. D'ailleurs c'est marrant de voir un Khazri subir les remarques pour profiter un peu trop de la bonne bouffe alors que c'était banal à l'époque. La mise au vert s'est aussi automatisée.

Concernant l'évolution tactique, data, séances videos, IA et simulations ont permis un bond en avant.

Tu serais surpris si tu regardais un match de l'époque à côté de ce à quoi nous avons droit de nos jours.

Edited by enti
Link to comment
Share on other sites

J'attends beaucoup Sotoca sur ce match, qui a souvent été très bon contre Marseille, ainsi que l'impact de Seko dans son rôle de box to box.

Mon interrogation se penche sur Onana qui ne pourra pas se permettre de faire face à cette équipe des pertes de balles comme à Toulouse dans des zones très dangereuses. Je regrette l'absence de SAS qui offre beaucoup plus de garanties à mon sens.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, tibocm1 a dit :

Avec 5 matchs à jouer et vu le classement, même une victoire un peu éclatée 1-0, je prends. 
 

Sinon l’équipe annonce le retour de Mâcha dans le 11. Du coup, ça serait l’équipe de Monaco. 

Tu m'étonnes, moi aussi. Même si J'imagine un nul, 2-2. 

Ils annoncent quoi pour Marseille en composition probable s'il te plaît ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Amaury a dit :

Tu m'étonnes, moi aussi. Même si J'imagine un nul, 2-2. 

Ils annoncent quoi pour Marseille en composition probable s'il te plaît ?

Même système que Lens avec Lopes, gigot, Balerdi, Kolasinac, Clauss à gauche, Kabore, Rongier, Veretout, Guendouzi, under et Sanchez.

Link to comment
Share on other sites

Idéalement demain il faudrait gagner mais vu le calendrier de fin de saison un match nul ne serait pas nécessairement un mauvais résultat (il suffirait d'un nul de Marseille contre Lille pour nous donner une occasion de repasser devant, en supposant qu'on reste au contact comme maintenant sur la fin de saison.

Pourrait-on avoir le scenario irréel de Buksa qui nous donne la victoire d'une tête à la 89ème minute ? :D:
(À défaut de Saïd pour climatiser l'OM ^^)

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, tibocm1 a dit :

Même système que Lens avec Lopes, gigot, Balerdi, Kolasinac, Clauss à gauche, Kabore, Rongier, Veretout, Guendouzi, under et Sanchez.

Mbemba sur le banc je prends et il remettrai Guendouzi, ça se tient en vérité. Under et Sanchez me font particulièrement peur, ils sont capable de tout, Clauss aussi évidemment.

Link to comment
Share on other sites

Allez, petite analyse pré-match. Concernant le système de l'OM, imaginez vous un cercle avec Rongier qui court partout. Résultat, un jeu fortement porté sur les côtés avec parfois de longs ballons rapides et verticaux au centre pour prendre le contre-pied de ce système. Cette dernière option est plus recherchée quand Guendouzi est titulaire.

En mode défensif, c'est pressing de zone. Si le ballon ressort rapidement avec des décalages en une-deux et des changements rapides de zone, c'est boulevard, un peu comme ce qu'avait fait Paris au Vélodrome en coupe. La défense de zone avec pressing c'est bien, mais il faut espérer que le ballon ne quitte pas ni trop vite ni trop loin ladite zone.

Ce match va donc pour moi reposer sur des relances rapides et propres lorsqu'on récupère la balle et sur de la profondeur plutôt que de se reposer sur les pistons. Poser le pied sur le ballon, faire tourner en attendant de présenter un centre sera contre-productif et difficile à installer. Idéalement, il faudra l'intensité et le rythme qui avait été mis contre Paris à Bollaert.

Link to comment
Share on other sites

Bon, c'est le grand jour. Le match est dans plus de 12 heures, je prend mon petit déjeuner et je suis déjà stressé...

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Ruka-2 a dit :

Match décisif pour la 2eme place en cas de victoire pour Marseille... car avec 4 pts d'avance je ne nous vous pas les dépasser. Il leur faudra 2 faux pas en 4 matchs c'est bcp...

C'est beaucoup oui et non. Une défaite à Lille n'est pas impossible non plus, un nul à domicile est faisable mais en effet ça compliquerait les choses. 

Il faudrait ne pas perdre ce soir. Othian l'a dit, un nul ne serait pas un mauvais résultat, ça laisserait un vrai suspens pour cette fin de championnat !

Link to comment
Share on other sites

Un nul nous obligerait à un parcours quasi parfait jusqu'à la fin et on n'aurait plus entièrement notre destin en main. Une victoire nous donnerait un petit droit à l'erreur. (tout petit). Ca risque d'être chaud quand même jusqu'au bout. Finalement un de nos meilleurs atouts sera... le Losc.
En cas de défait on peut toujours se dire "et si" mais perso je n'y croirai plus.

Edited by fleurdelens
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, fleurdelens a dit :

Un nul nous obligerait à un parcours quasi parfait jusqu'à la fin et on n'aurait plus entièrement notre destin en main. Une victoire nous donnerait un petit droit à l'erreur. (tout petit). Ca risque d'être chaud quand même jusqu'au bout. Finalement un de nos meilleurs atouts sera... le Losc.
En cas de défait on peut toujours se dire "et si" mais perso je n'y croirai plus.

C'est vrai qu'une victoire ce soir, on aurait le droit à un nul en joker, sur 4 matchs restants, je pense à celui à Lorient, ce n'est pas négligeable.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...