Jump to content

Europa League / Conference League


Recommended Posts

En ligue Europa Conférence, sont qualifiés :

Les 8 premiers :

- Lille

- Maccabi Tel Aviv

- Viktoria Plzen

- FC Bruges

- Aston Villa

- Fiorentina

- PAOK Salonique

- Fenerbahce

 

+ 8 vainqueurs des barrages parmi :

Les 3ème de poule d’EL

- Olympiakos

- Ajax

- Bétis

- Sturm Graz

- Union Saint Gilloise

- Maccabi Haïfa

- Servette Genève

- Molde

Qui affronteront un 2e de groupe d’ELC

- Slo. Bratislava  

- La Gantoise

- Dinamo Zagreb

- Bodo Glimt

- Legia Varsovie

- Ferencvaros

- Eintracht Francfort

- Ludogorets

Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, Tibbs a dit :

En ligue Europa Conférence, sont qualifiés :

Les 8 premiers :

- Lille

- Maccabi Tel Aviv

- Viktoria Plzen

- FC Bruges

- Aston Villa

- Fiorentina

- PAOK Salonique

- Fenerbahce

 

+ 8 vainqueurs des barrages parmi :

Les 3ème de poule d’EL

- Olympiakos

- Ajax

- Bétis

- Sturm Graz

- Union Saint Gilloise

- Maccabi Haïfa

- Servette Genève

- Molde

Qui affronteront un 2e de groupe d’ELC

- Slo. Bratislava  

- La Gantoise

- Dinamo Zagreb

- Bodo Glimt

- Legia Varsovie

- Ferencvaros

- Eintracht Francfort

- Ludogorets

Là voilà, la coupe d'Europe qu'un club français a le plus de chance de gagner !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, massif a dit :
Il y a 3 heures, manico a dit :

J'avoue que je ne connaissais pas cette règle.

 

C'est quand même très con comme règle. 

Je crois que c'est comme ça, aussi, pour les pénaltys : un tireur de pénalty n'a pas le droit de reprendre le ballon s'il a tapé la barre ou le poteau sans que le gardien ait touché le ballon.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Tibbs a dit :

On a donc :

Qualifiés pour les 8èmes :

- West Ham

- Brighton

- Glasgow Rangers

- Atalanta Bergame

- Liverpool

- Villareal

- Slavia Prague

- Leverkussen

 

+ 8 barragistes parmi :

Recalés de LDC (tous adversaires potentiels des clubs français, sauf Lens)

- Galatasaray

- Lens

- Braga

- Benfica

- Feyenoord

- AC Milan

- Young Boys Berne

- Chakhtior Donetsk

2émes des groupes d’EL (tous adversaire potentiel de Lens sauf les clubs français) :

- Fribourg

- Marseille

- Sparta Prague

- Sporting Portugal

- Toulouse

- Rennes

- AS Rome

- Karabagh

Un petit karabagh ca serait cool

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, RCL14920 a dit :

Je crois que c'est comme ça, aussi, pour les pénaltys : un tireur de pénalty n'a pas le droit de reprendre le ballon s'il a tapé la barre ou le poteau sans que le gardien ait touché le ballon.

Idem pour tous les coups de pieds arrêtés, il me semble. C'est pour empêcher le tireur de partir balle au pied, mais l'obliger à faire un tir ou une passe.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, hunter001 a dit :

Un petit karabagh ca serait cool

Sinon, Fribourg serait mon second choix. Et ça permettrait de superviser le jeune français Kiliann Sildillia, sélectionné espoirs, dont on dit plutôt du bien... :clindoeil:

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, manico a dit :

Oui ça c'est logique, mais le fait qu'il tire, que le ballon touche la barre et lui revienne sans qu'il ne puisse ne le jouer c'est un peu différent quand même et c'est plutôt absurde. 

Les poteaux de but et de corner sont neutres. Ils ne sont pas considérés comme un autre joueur. Sinon, un but marqué par poteau rentrant ne serait pas attribué au tireur, mais au poteau !!! :D3:
Si on va jusqu'au bout, un corner tiré sur le poteau de corner (bon, j'avoue, faut vraiment le faire exprès !!) ne peut pas non plus être retouché par le tireur... :clindoeil:

Du coup, que ce soit, penalty, coup franc ou corner, la même règle s'applique. 

De toutes façons, d'après les commentaires des Rennais, enfin ceux qui sont les plus calmes, c'est surtout la défense bretonne qui est critiquée. Et les plus râleurs sont surtout remontés pour un penalty qui aurait été refusé pour une faute sur Theate (conditionnel, parce que je n'ai pas vu le match ni le résumé).

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, RCL14920 a dit :

Je crois que c'est comme ça, aussi, pour les pénaltys : un tireur de pénalty n'a pas le droit de reprendre le ballon s'il a tapé la barre ou le poteau sans que le gardien ait touché le ballon.

Oui, sur un pénalty, si le tireur reprend le ballon après que ce denrier ait touché un montant, il est considéré hors jeu

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, daykatana a dit :

Oui, sur un pénalty, si le tireur reprend le ballon après que ce denrier ait touché un montant, il est considéré hors jeu

pas hj, mais c'est consudéré comme 2 touches de balle

c'est un peu comme si sur un cf le gars se décalait lui même la balle pour frapper

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, manico a dit :

Et nous y voilà confrontés à la fameuse situation qui était envisagée cet été. Milan et Toulouse sont engagés dans la même compétition avec le même propriétaire et sont susceptibles de s'affronter en barrage. Visiblement ça ne pose de problème à personne.

Toulouse s'est "restructurée" niveau capital pour éviter les emmerdes mais, on est d'accord, cette restructuration, c'est de l'enfumage de 1ere !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, MisterFraiZ a dit :
Il y a 19 heures, daykatana a dit :

Oui, sur un pénalty, si le tireur reprend le ballon après que ce denrier ait touché un montant, il est considéré hors jeu

pas hj, mais c'est consudéré comme 2 touches de balle

c'est un peu comme si sur un cf le gars se décalait lui même la balle pour frapper

On a déjà vu, au moins une fois, un tireur de pénalty qui avait décalé un ballon pour un coéquipier qui arrivait lancé de l'extérieur des 18 m ou, même, un une-deux avec un coéquipier et que l'arbitre avait accordé le but, donc, ça, c'est autorisé.

Le jour où Johan Cruyff a tiré un penalty à deux

Par Mathias Edwards et Émilien Hofman le Samedi 25 Avril 2020 à 05:59

le-jour-ou-johan-cruyff-a-tire-un-penalty-deux-anniversaire-de-article-issu-du-magazine.webp.bd36f2dc9776552ad19d42e0cf29e787.webp

 

En 1976, Antonin Panenka donne naissance au tir au but qui porte son nom. Six ans plus tard, Johan Cruyff révolutionne lui aussi, à sa manière, le penalty. Il ne pouvait en être autrement pour un homme qui exècre l’exercice.

« Personne ne s’attendait à cela, la surprise était totale. Après le but, le temps s’est arrêté. Tout le monde était tétanisé, ne comprenant pas ce qu’il venait de se passer. Les gens se demandaient si c’était autorisé, si le but était valable, ce que l’arbitre allait décider… Personne ne savait comment réagir. Nos partenaires étaient émerveillés. » Trente-trois ans après les faits, Jesper Olsen n’a pas oublié ce moment de flottement que Johan Cruyff et lui-même ont offert aux 10 500 spectateurs présents au Stadion De Meer d’Amsterdam, ce 5 décembre 1982. Ce soir-là, l’Ajax éparpille Helmond Sport, 5-0. Une humiliation qui connaît son climax à la 21e minute alors que Cruyff se baisse pour poser le ballon sur le point de penalty. Son mètre 80 à peine déplié, il décale délicatement le ballon sur la gauche pour son jeune coéquipier. Le Danois lui remet instantanément, et Cruyff marque dans le but déserté. Le dindon de la farce s’appelle Otto Versfeld.« Tout s’est déroulé très vite. Je me suis demandé :« Qu’est-ce qui se passe ici, nom de Dieu ! » J’ai hésité, alors que si je m’étais rué sur le ballon en première intention, je l’aurais eu. Mais c’était trop tard, Olsen avait déjà rendu le ballon à Johan Cruyff », rejoue le gardien d’Helmond Sport. Sur le banc des remplaçants, Hans Galjé, le portier réserviste de l’Ajax, compatit avec son homologue : « Johan était un joueur extraordinaire, mais ça, c’était du jamais-vu. Et en même temps, c’est un geste qui lui ressemble. Il essayait tout le temps des nouvelles choses, il aimait expérimenter. C’était son état d’esprit. » Si le geste laisse l’assistance incrédule, Jan Manuel, l’arbitre, ne perd pas de temps pour valider le second but de l’Ajax. Le bonhomme connaît son règlement.

Le remake raté d’Henry et Pirès

Le « coup de pied de réparation », aussi appelé « penalty », n’est finalement rien d’autre qu’une sanction visant à réprimander une équipe coupable, dans sa surface de réparation, d’une des dix fautes pour lesquelles un coup franc direct doit être accordé, comme le stipule la loi 14 des règles du jeu de football. Et comme dans l’exécution de tout coup franc direct, rien n’oblige son tireur à frapper directement au but. À condition qu’il respecte les règles de base : la passe doit être exécutée vers l’avant, avec interdiction de toucher la balle une seconde fois avant qu’elle ne soit entrée en contact avec un autre joueur. Le tout conjugué à la spécificité du penalty, qui oblige tout autre joueur que le tireur à se trouver hors de la surface de réparation avant que ce dernier n’ait frappé le ballon. Bref, il aurait été beaucoup plus simple d’envoyer une bonne vieille sacoche des familles dans le petit filet. Surtout que le plan mis en place par Cruyff exige qu’Olsen lui remette le ballon en retrait, histoire de s’épargner une fâcheuse position de hors-jeu.

" Quand Cruyff s’est avancé, j’aurais dû me douter de quelque chose, parce qu’il ne tirait jamais les penaltys… "

Autant de paramètres que Robert Pirès et Thierry Henry ont mal mesuré 23 ans plus tard, cet après-midi d’octobre 2005, lors d’une rencontre face à Manchester City. Grand fan de Cruyff, Henry avait pourtant briefé son coéquipier la veille du match.« On l’avait préparé après qu’Arsène Wenger avait sifflé un penalty pendant un exercice. Cependant, les rôles étaient inversés : Thierry était dans le rôle du passeur et moi dans celui du buteur, ce qui fonctionnait très bien », explique Pirès. Mais au moment de mettre l’exercice en pratique, c’est la catastrophe. Henry décide d’échanger les rôles au dernier moment, ce qui pétrifie l’ancien Messin. Au point de louper le ballon : « J’ai eu un blackout. Je ne sais pas pourquoi, mon pied s’est tétanisé au moment de toucher la balle… » S’en suit une scène pour le moins gênante. Pris dans son élan, Thierry Henry dépasse le ballon… qui est directement récupéré par la défense de City. Pire, l’arbitre, persuadé que Pirès touche deux fois le ballon, accorde un coup franc aux Citizens devant un public d’Highbury totalement médusé.

« Le timing, c’est la clé »

L’échec du duo d’Arsenal tient en une explication : la réussite de ce penalty ne laisse pas de place à l’improvisation. « Henry et Pirès sont tous deux droitiers, mais Pirès a fait sa passe côté gauche. En plus, le timing est mauvais. Le timing, c’est la clé, même pour les meilleurs joueurs », décrypte Olsen, persuadé que Cruyff l’avait choisi pour son pied gauche. Au vrai, le but inscrit face à Helmond Sport n’est que le résultat d’un travail de longue haleine. Dès le début de la saison, Cruyff réquisitionne l’ailier danois pour mettre au point son geste. Pendant des heures, après les entraînements, les deux joueurs, que quatorze années séparent, accordent leurs violons. À l’abri des regards. « Personne ne savait qu’on préparait ça. Ni nos coéquipiers ni l’entraîneur, Aad de Mos », affirme Olsen. Jusqu’au jour J. « Lorsqu’on a obtenu ce penalty contre Helmond Sport, Johan m’a dit : « On le fait ! » Et j’ai répondu : « Oui ! » se félicite Olsen. J’ai ressenti beaucoup de pression au moment de le faire, bien sûr, car nous ne l’avions plus travaillé depuis des mois. »

Dans ses cages, Otto Versfeld ne pense à rien de spécial. Avec le recul, il concède qu’un élément aurait pu lui mettre la puce à l’oreille : « Quand Cruyff s’est avancé, j’aurais dû me douter de quelque chose, parce qu’il ne tirait jamais les penaltys. Il a pris le ballon en main, et dès qu’il l’a posé sur le sol… » Décalage, passe en retrait, but. En deux temps, trois mouvements, à 35 ans, alors qu’il dispute l’avant-dernière saison de sa carrière, Johan Cruyff vient de résumer son génie en une fulgurance.« Cette action reflète bien Johan, parce que c’est plein de ruse, à son image. À cette époque, on pouvait être le meilleur joueur du monde sans être un monstre physique, simplement en étant créatif », se souvient Peter Boeve, arrière gauche de l’Ajax entre 1979 et 1988. Avec ce but, en apparence le plus facile de sa carrière, Cruyff marque autant l’histoire de son sport qu’en reprenant de l’extérieur du pied, en extension, à 1,50m du sol, un ballon impossible contre l’Atlético en 1973. « C’est un moment spécifique, comme lorsque Panenka a tiré le penalty auquel il a donné son nom,théorise Olsen.Ce sont des instants dont tout le monde se souvient. » Mais que tout le monde ne peut pas reproduire, apparemment.

Link to comment
Share on other sites

Oui c'est pas du tout la même chose.

Moi ce qui m'a le plus choqué c'est qu'un éducateur/entraîneur soit surpris de cette règle (JL Vasseur aux commentaires). Alors que c'est le cas sur pénalty, mais aussi coup-franc, corner, touche. Fin c'est la base du foot de ne pas pouvoir toucher deux fois la balle sur un CPA.

Après qu'un journaliste, supporter ne sache pas pourquoi pas c'est plutôt normal car très rare sur CF mais si un PRO comme ça ne sait pas que la barre/poteau ne compte pas comme un joueur...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, massif a dit :

C'est bien RMC Sport qui a les droits de l'Europa League et de la Conference League ? 

Il y a, aussi, des matchs d'EL qui passent en clair sur M6, mais, comme il y a l'OM, ils se sentent obligés de le passer en priorité.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, massif a dit :

C'est bien RMC Sport qui a les droits de l'Europa League et de la Conference League ? 

 

Il y a 7 heures, RCL14920 a dit :

Il y a, aussi, des matchs d'EL qui passent en clair sur M6, mais, comme il y a l'OM, ils se sentent obligés de le passer en priorité.


Ça ne passe pas sur BeIn ou canal ? Zut 😿

Tain font chier RMC. J’ai Canal/BeIn et Prime. Hors de question de payer leur abonnement moisi… qui avantage injustement les abonnés SFR… 19 € (25€ sans engagement) + 1 € de frais… pour les non SFR, faut pas abusé, c’est trop cher.

Je le ferais à l’ancienne, j’irais les voir dans un café si ce n’est pas sur M6/W9 ou canal

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Tibbs a dit :

 


Ça ne passe pas sur BeIn ou canal ? Zut 😿

Tain font chier RMC. J’ai Canal/BeIn et Prime. Hors de question de payer leur abonnement moisi… qui avantage injustement les abonnés SFR… 19 € (25€ sans engagement) + 1 € de frais… pour les non SFR, faut pas abusé, c’est trop cher.

Je le ferais à l’ancienne, j’irais les voir dans un café si ce n’est pas sur M6/W9 ou canal

Après j'en n'ai plus besoin car j'ai opté pour autre chose et plus me casser la tête.

Mais pour les abonnés SFR après un an d'abonnement il suffit d'appeler le service résiliation pour négocier le tarif. Perso j'arrivais presque à avoir le tarif de la première année mais surtout à minima RMC sport gratuit. Ma meilleure année j'ai eu mon abonnement fibre 30€ avec BeIn + RMC Sport offerts un an.

Edited by mArT
Link to comment
Share on other sites

Très chaud pour Rennes, puis chaud pour Toulouse. Équilibré pour nous. Et Marseille a priori favori.

Grosse affiche entre le Feyenoord et l’AS Rome

 

Feyenoord Rotterdam-AS Rome

AC Milan-Rennes

Lens-Fribourg

Young Boys Berne-Sporting Portugal

Benfica-Toulouse

Braga-Karabagh FC

Galatasaray-Sparta Prague

Chakhtior Donetsk-Marseille

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...