Jump to content

Le Scandale CVC


beber49
 Share

Recommended Posts

Allez, je crée un sujet, le thème est trop important.

Tout est expliqué ici et dans les liens de l'article :

https://www.sofoot.com/articles/accord-lfp-cvc-le-grand-aveuglement-des-presidents

Comment la Ligue 1 avec l'entremise de Labrune et l'incompétence des présidents de Ligue 1, s'est fait volée 13% à vie (!!!!!!!!) de ses droits TV ? Mystère...

Labrune mériterait évidemment un licenciement pour faute grave (il aurait toujours la somme de 3 millions d'€...) et des poursuites judiciaires pour escroquerie à mon sens.

Si l'un de vous à l'article (apparemment absolument accablant) de l'Equipe de ce matin, je suis preneur :

https://www.lequipe.fr/Football/Article/Les-secrets-de-l-accord-financier-controverse-conclu-par-la-lfp-avec-cvc/1432989

Il faudrait que tous les forums de clubs de Ligue 1/Ligue 2 traitent ce sujet dans l'idéal, mais je rêve probablement.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, beber49 a dit :

Allez, je crée un sujet, le thème est trop important.

Tout est expliqué ici et dans les liens de l'article :

https://www.sofoot.com/articles/accord-lfp-cvc-le-grand-aveuglement-des-presidents

Comment la Ligue 1 avec l'entremise de Labrune et l'incompétence des présidents de Ligue 1, s'est fait volée 13% à vie (!!!!!!!!) de ses droits TV ? Mystère...

Labrune mériterait évidemment un licenciement pour faute grave (il aurait toujours la somme de 3 millions d'€...) et des poursuites judiciaires pour escroquerie à mon sens.

Si l'un de vous à l'article (apparemment absolument accablant) de l'Equipe de ce matin, je suis preneur :

https://www.lequipe.fr/Football/Article/Les-secrets-de-l-accord-financier-controverse-conclu-par-la-lfp-avec-cvc/1432989

Il faudrait que tous les forums de clubs de Ligue 1/Ligue 2 traitent ce sujet dans l'idéal, mais je rêve probablement.

 

Oui le sujet est intéressant, mais ce genre de choses me dépassent. Je veux dire que je n'ai pas les compétences pour en débattre

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, MisterFraiZ a dit :

Oui le sujet est intéressant, mais ce genre de choses me dépassent. Je veux dire que je n'ai pas les compétences pour en débattre

Moi non plus ;-)

Il n'y a hélas pas beaucoup de débat à avoir, c'est plié ou presque (merci Le Havre).

C'était plus un message plutôt à titre informatif, et dans le but aussi d'avoir l'article de l'Equipe.

Link to comment
Share on other sites

En soit c'est juste le deal qu'à fait CVC avec Tebas et la liga en espagne que le real et le barça ont refusé malgré les pressions (voir chantage pour les mercatos du barça) du cow boy espagnol.

Mais en soit je doute que les présidents soient incompétents ou ça leur a été caché, ils ont juste été d'accord sur ce point. Tout comme en espagne pour ceux qui ont signés.

Link to comment
Share on other sites

Mouais enfin faut il croire l'article sofoot comme source fiable pour le moment ? Sachant que CVC a passé des accords bien pire en espagne juste avant ou au même moment avec Tebas et la liga et c'était connu publiquement, je doute quand meme fortement de la non connaissance de cause.

Donc supposons que c'est le cas, tes banderoles à Bollaert que tu proposes c'est pourquoi faire ? Manifester contre JO qui n'était pas au courant ? 

Je pense surtout qu'on sait trop peu de chose actuellement et c'est pas un article sofoot qui peux nous permettre de maitriser le sujet ou de réellement connaitre les accords passés entre les différentes parties (et s'il y a des litiges).

Link to comment
Share on other sites

 

Joseph Oughourlian, poids lourd de la finance française et président de Lens, assez peu bavard habituellement en Conseil d'administration ou Assemblée générale, s’est cette fois longuement exprimé pour souligner un deal "exceptionnel" qui a sauvé le foot français" 😏

 

Béber qui va encore sauter au plafond ^^'

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, eagle a dit :

Mouais enfin faut il croire l'article sofoot comme source fiable pour le moment ? Sachant que CVC a passé des accords bien pire en espagne juste avant ou au même moment avec Tebas et la liga et c'était connu publiquement, je doute quand meme fortement de la non connaissance de cause.

Donc supposons que c'est le cas, tes banderoles à Bollaert que tu proposes c'est pourquoi faire ? Manifester contre JO qui n'était pas au courant ? 

Je pense surtout qu'on sait trop peu de chose actuellement et c'est pas un article sofoot qui peux nous permettre de maitriser le sujet ou de réellement connaitre les accords passés entre les différentes parties (et s'il y a des litiges).

Personne n'a l'article de L'Equipe ?

Après la réponse de Ruka, oui une banderole serait la bienvenue. Il nous prend vraiment pour des cons le Jojo.

Link to comment
Share on other sites

Assumer que le deal est bon parce que Labrune et/ou les présidents de clubs sont intelligents c'est oublier qu'ils sont là à leur poste, pour la plupart d'entre eux, pour seulement quelques années. Donc en fait, si le deal était intéressant pour sauver le football français et le relancer pour 10 ou 15 ans, ils peuvent avoir été convaincu de signer en se disant que dans 20 ans ils ne seraient plus là pour en payer le prix.

C'est ça qui semble inquiétant dans le deal, c'est de se dire qu'on a jamais entendu parler du plan qu'ont Labrune et les présidents dans 20-30-40 ou 50 ans.

D'ici là le football français paiera toujours cet accord alors qu'il pourrait ne plus rien rapporter. Et là, pour racheter les parts de CVC et mettre fin à ce deal, il faudra sûrement cracher one-shot une grosse part de cash.

Link to comment
Share on other sites

Ça dépend aussi de quoi on parle. Que ce soit un bon ou mauvais deal, ça reste subjectif. JO est un financier et bien plus caler que nous pour parler du sujet. 

Dans l'article de L'Équipe, le contexte est mentionné : les clubs sont au bord du gouffre sur le plan financier après l'échec de MediaPro.

En soi, mentirait-on en affirmant que le football français était au bord de la catastrophe, comme le dit JO ?

Il était déjà connu que l'accord était défavorable pour certains clubs. Évoquer un accord biaisé reste subjectif. Lorsque tu contractes un prêt avec ta banque, tu devrais lire le contrat. Si tu ne le fais pas et que tu te rends compte que tu t'es fait piéger, c'est aussi de ta responsabilité.

Si il existe un vice dans le contrat, c'est un autre problème et les clubs peuvent toujours saisir la justice, non?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, tibocm1 a dit :

Ça dépend aussi de quoi on parle. Que ce soit un bon ou mauvais deal, ça reste subjectif. JO est un financier et bien plus caler que nous pour parler du sujet. 

Dans l'article de L'Équipe, le contexte est mentionné : les clubs sont au bord du gouffre sur le plan financier après l'échec de MediaPro.

En soi, mentirait-on en affirmant que le football français était au bord de la catastrophe, comme le dit JO ?

Il était déjà connu que l'accord était défavorable pour certains clubs. Évoquer un accord biaisé reste subjectif. Lorsque tu contractes un prêt avec ta banque, tu devrais lire le contrat. Si tu ne le fais pas et que tu te rends compte que tu t'es fait piéger, c'est aussi de ta responsabilité.

Si il existe un vice dans le contrat, c'est un autre problème et les clubs peuvent toujours saisir la justice, non?

JO est un financier et bien plus caler que nous pour parler du sujet. "

Ah bon ? Il voit surtout et probablement ses intérêt à court terme. Et des économistes qui ont fait couler des boites, il y en a un paquet.

Si les clubs étaient aussi en difficulté que ça, un emprunt fait au nom de la LFP pour l'ensemble des clubs et c'était gagné :

https://www.sofoot.com/articles/christophe-bouchet-laccord-lfp-cvc-est-mortifere-pour-le-foot-francais

Et faire ça par visio conférence est en effet honteux à la vue des enjeux.

Link to comment
Share on other sites

Sauf que tu t'enflammes parce que tu connais pas plus la réalité des contrats signés que nous, sofoot fait un papier et donc déjà faut les croire sur paroles et ensuite rien ne dit que eux même ont tous les éléments et détails à disposition et donc que le papier n'est pas erroné ? 

Ensuite en quoi JO nous prend pour des cons ? faut déjà un argument pour balancer ça, car il a promis quoi pour qu'il nous prenne pour des cons ? (sans compter que c'est pas ta banderole qui va changer quoique ce soit mais c'est un autre débat encore).

Ensuite de ce que je lis c'est 13% des revenus de la lfp (droits tv je suppose) donc c'est pas le budget du club faut se calmer quand meme. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, beber49 a dit :

JO est un financier et bien plus caler que nous pour parler du sujet. "

Ah bon ? Il voit surtout et probablement ses intérêt à court terme. Et des économistes qui ont fait couler des boites, il y en a un paquet.

Si les clubs étaient aussi en difficulté que ça, un emprunt fait au nom de la LFP pour l'ensemble des clubs et c'était gagné :

https://www.sofoot.com/articles/christophe-bouchet-laccord-lfp-cvc-est-mortifere-pour-le-foot-francais

Et faire ça par visio conférence est en effet honteux à la vue des enjeux.

L'emprunt au nom de la lfp avait déjà fait via le système pré-covid il me semble 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, eagle a dit :

Sauf que tu t'enflammes parce que tu connais pas plus la réalité des contrats signés que nous, sofoot fait un papier et donc déjà faut les croire sur paroles et ensuite rien ne dit que eux même ont tous les éléments et détails à disposition et donc que le papier n'est pas erroné ? 

Ensuite en quoi JO nous prend pour des cons ? faut déjà un argument pour balancer ça, car il a promis quoi pour qu'il nous prenne pour des cons ? (sans compter que c'est pas ta banderole qui va changer quoique ce soit mais c'est un autre débat encore).

Ensuite de ce que je lis c'est 13% des revenus de la lfp (droits tv je suppose) donc c'est pas le budget du club faut se calmer quand meme. 

Les revenus tv et commerciaux (paris) du club seront amputés de 13% à vie, bien après que JO soit parti.

Ok pour le manque de sources de sofoot (et encore, ils n'ont pas inventé le discours des prez comme quoi ils ont signé trop vite...), mais l'équipe aussi ? 

 

Link to comment
Share on other sites

oui donc c'est pas les budgets du club.... Faudrait déjà savoir combien le club touche en droits tv pour savoir quel somme cela représente. Après ça reste de la gestion et de l'anticipation, chaque club sait anticiper le fait qu'il faudra déduire 13% sur les droits tv qu'ils toucheront chaque année pour leur budget. De toute façon est ce légal, y a t'il des failles juridiques ? 

 

 

Mais lequipe et sofoot, ils ont accès au contrat et tous les détails ? ou juste des morceaux qu'ils peuvent ressortir du contexte ? on en sait rien, il est juste trop tôt pour s'insurger (et donc parler banderoles ou je sais quoi d'autres) quand on est loin de connaitre tous les détails et donc maitriser le sujet.

Edited by eagle
Link to comment
Share on other sites

Je me lance un peu dans le sujet, qui est très complexe, et difficilement cernable pour des novices comme beaucoup d'entre nous sur ce forum, d'ailleurs nos dirigeants de clubs français se seraient eux laissés berner, alors qu'ils sont financiers, habitués aux affaires et aux lois ?.... Allez, admettons ! Il fallait sortir de médiapro, et du covid, et il n'y avait pas d'autre alternative, et c'était un moindre mal, les conditions ressemblent à celles de la liga, en moins avantageuses (1,5 Milliards éternellement à 13%, contre 2M sur 50 ans à 7 ou 8 %), rien de surprenant puisque les conditions n'évoluent jamais dans l'intérêt des créditeurs. 

bref ce que je voudrais surtout souligner, c'est que Joseph qui ne semble pas avoir les faveurs de Beber n'a rien fait de pire ou de mieux que tout ses confrères, et si le CVC est l'arnaque du siècle, ce n'est pas le RCL qui va crever, mais bien tout les clubs pro, et on fait quoi après ? Même le CVC n'a aucun intérêt la dedans. Et si tel devait être le cas, les clubs finiraient par faire leur révolution en trouvant un stratagème collectif pour sortir de cette nébuleuse (une nouvelle identité, une nouvelle ligue, etc...) 

 

Edited by CoeurO
Link to comment
Share on other sites

Je suis d'accord pour dire qu'avec cette histoire de %, c'est dans l'intérêt de CVC de réussir à vendre la Ligue 1.

Mais l'argument de dire que les présidents de Ligue 1 sont des grands financiers et qu'ils agissent pour le bien de la Ligue 1, j'ai des gros doutes.

Il y a intérêt à court-terme, moyen-terme, long-terme. Et les intérêts personnels comme ceux de Labrune qui a touché 3 millions dans le deal.

On peut légitimement penser que Labrune voulait les 3 millions d'euros et que les présidents ont réfléchi sur la durée de leur mandat, c'est à dire sur un horizon de 10 ans.

Je le répète mais dans 15 ans, 90% des clubs auront un nouveau président et un nouveau propriétaire et Labrune aura d'autres fonctions ou sera à la retraite. Et là je parie volontiers que tous les nouveaux présidents diront que c'est un accord foireux.

Quant à JO, il négocie pour faire rentrer le Racing dans le top 8 français. Ça passe par des bonnes relations avec Labrune et la Ligue. Il est pas un franc-tireur comme le président du Havre. Il joue des relations pour donner une bonne image du club et s'implanter au cœur du jeu. Dans ce jeu auquel il joue et qui est bon pour le club, il osera pas se permettre une guerre contre la Ligue et les autres présidents. Donc JO qui soutient l'accord CVC, honnêtement je pense que son réel avis, il ne le donnera jamais. Sauf peut-être le jour où il se retirera du foot.

Link to comment
Share on other sites

Des arnaques sur d'immenses deal qui implique des intérêts court-terme et long-terme, on a un exemple dans le Pas-de-Calais : le tunnel sous la Manche.

Les politiques voulaient le tunnel sans argent public avec comme objectif court-terme de le faire. Les banques voulaient une rente infinie avec un objectif long-terme.

Résultat : objectif court-terme réussi, le tunnel a été construit. Mais objectif long-terme réussi, les banques ont obtenues des rentes à vie sur une dette qui sera jamais remboursé et des intérêts qui ont remboursé X fois leur prêt. Entre deux, les petits porteurs se sont fait entuber par les banques et les politiques. Et aujourd'hui Thatcher et Mittterand sont morts, ils n'ont plus aucun compte à rendre. 

 

Link to comment
Share on other sites

L’article de l’équipe :

Foot, 

LFP-CVC

issu du journal

Les secrets de l'accord financier controversé entre la LFP et CVC

Laurent Nicollin, Jean-Michel Roussier et Vincent Labrune. (Étienne Garnier, Frédéric Porcu/L'Équipe, Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport, Adobe Stock - Inspiré par le jeu MONOPOLY de Hasbro - RDJ)

Clause Super Ligue, droit de veto sur le budget, contrepartie en cas de sous-performance, etc. « L'Équipe » a enquêté sur les dessous de l'accord qui lie la Ligue 1 à CVC, un des plus gros fonds d'investissement au monde.

Simon Bolle et Marc Leplongeonmis à jour le 23 novembre 2023 à 09h15

ma liste

commenter

réagir

partager

Jeudi, à 11 heures, les 38 clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 et autres décideurs du foot français ont rendez-vous en visioconférence pour une assemblée générale de la LFP pas vraiment ordinaire. Parmi les douze points à l'ordre du jour, la moitié visera à « régulariser » l'arrivée du fonds d'investissement CVC et de son milliard et demi d'euros au printemps 2022.

Car, depuis, quelques rares voix, à commencer par celle du Havre, qui demandait un report de l'AG pour qu'elle se tienne en présentiel, contestent les conditions d'un deal obtenu dans l'urgence. Le « cocu » de l'histoire, comme se définit lui-même le HAC, poursuit la Ligue en justice et dénonce la répartition de l'argent de CVC, touchant beaucoup moins que ses nouveaux adversaires de l'élite.

lire aussi37,5 millions d'euros de frais d'opérations pour la société commerciale de la LFP 

Alors que l'audience en référé, révélée par L'Équipe, doit se tenir mardi devant le tribunal judiciaire de Paris, la LFP a convoqué en dernière minute cette AG pour faire revoter aux clubs ce qu'ils avaient déjà approuvé près de vingt mois plus tôt. Certains votes, comme celui portant sur les modalités de répartition, n'étaient pas inscrits à l'ordre du jour.

Et la Ligue tente donc de couper l'herbe sous le pied à un juge des référés un peu trop méticuleux qui pourrait être tenté de suspendre le deal sur la forme. Une décision qui aurait pour conséquence de bloquer temporairement la dernière tranche de paiement prévue l'été prochain, et qui risquerait d'effrayer de potentiels acheteurs des droits TV.

« En termes d'information aux clubs, je ne vois pas ce qu'on pouvait faire de plus », se défend Vincent Labrune. Le président de la Ligue craint de voir l'unanimité qu'il a lui-même réclamée, et qui était exigée par CVCcomme préalable au deal, se fissurer. La LFP déplore une tentative de réécrire l'histoire et la volonté d'un club de faire passer ses intérêts particuliers avant l'intérêt général.

Jean-Michel Roussier, le président havrais, et son avocat, Me Gauthier Moreuil, ne sont pourtant pas les seuls à affirmer que tous les clubs ont dû approuver en un temps très réduit un accord décrit comme exceptionnel, sous peine d'être désignés comme les fossoyeurs du foot français. Le consentement des clubs aurait été « vicié »par manque d'informations, soutiennent-ils, bien que les dirigeants havrais de l'époque aient accepté le principe de l'accord.

lire aussiChristophe Bouchet dénonce l'accord de la Ligue de football professionnel avec CVC Capital Partners 

C'était un « deal inespéré », assure pour sa part, sur RMC, le financier Joseph Oughourlian, président du RC Lens : « Honnêtement, on était morts quand Mediapro a fait faillite (le groupe audiovisuel avait acquis 80 % des droits de diffusion de la L1 et de la L2 pour près de 800 M€ sur la période 2020-2024, mais avait fait défaut après quelques semaines d'exploitation.). »

UNE PARTIE DE CACHE CASH

Résumons l'affaire : en 2020, la pandémie, l'arrêt prématuré des compétitions puis la défection de Mediapro, quelques mois plus tard, plongent le foot français dans la crise. Les clubs sont exsangues, lourdement endettés. Labrune, fraîchement élu à la tête de la LFP, fait jouer son carnet d'adresses et s'attache les conseils de deux banquiers : Pierre Pasqual, de Centerview, et Jean-Philippe Bescond, chez Lazard. L'avocat François Kopf, associé chez Darrois et spécialiste en situations de crise et contentieux complexes, rejoint également l'aventure.

Avant d'être une opportunité financière, le débat est avant tout juridique : une ligue sportive peut-elle créer une société commerciale ? Kopf et son équipe d'une douzaine d'avocats planchent sur la question. Labrune se borde auprès de Roxana Maracineanu, alors ministre des Sports, cherche l'aval de l'Élysée, en la personne d'un des conseillers du président, Cyril Mourin, et obtient une modification législative.

En parallèle, des boucles WhatsApp sont créées et associent plus ou moins de présidents de L1, selon la sensibilité des échanges. Les clubs ont peu d'informations, mais reçoivent pour consigne de n'en donner aucune à la presse. Des groupes de travail fleurissent. Celui intitulé « Gouvernance » est confié à un très proche de Labrune, Laurent Nicollin, président de Montpellier et de Foot Unis, le syndicat des clubs.

lire aussiComment le partenariat entre la LFP et CVC va creuser un fossé en Ligue 2 

En habitué qu'il est, Labrune manoeuvre habilement : il s'agit tout simplement de sensibiliser les clubs à l'idée que le pouvoir sera bientôt concentré dans la société commerciale et qu'aucun d'entre eux ne figurera dans la gouvernance. « Il fallait dépolitiser et séparer l'économique du sportif, c'était indispensable », nous explique-t-on à la Ligue.

Le 20 octobre 2021, les clubs de L1 sont réunis en séminaire, lors duquel les banquiers font une première présentation. « Strictement confidentiel », est-il barré en en-tête. Deux options sont mises sur la table : la dette ou « l'equity » (capital-investissement). La première option est écartée par les banquiers.

Le recours à un fonds est jugé beaucoup plus pertinent même si, admet-on sans détour, il y aura des « droits de gouvernance à concéder ». Comprendre : une fois dans la place, les fonds essaieront de peser sur les décisions et rentabiliser leur investissement, qui se veut court-termiste, quatre à huit années au plus, avant éventuellement de tout revendre à un partenaire que la LFP, association sous-délégataire de service public, n'aura pas choisi.

Vincent Labrune, président de la LFP et de sa société commerciale. (P.Lahalle /L'Équipe)

Autant le lancement de la société commerciale a été long, cadré et applaudi, autant l'arrivée de CVC s'est concrétisée en très peu de temps. Fin 2021, quelques semaines après la présentation des banquiers, quatre « offres indicatives » sont retenues par la Ligue, celles de CVC, Hellman & Friedman, Oaktree et Silver Lake.

S'ensuit une période de due diligence (l'ensemble des vérifications opérées par un investisseur dans le but de sécuriser un achat par l'analyse de la situation d'une société), matin, midi et soir, jusqu'à début mars 2022 et le dépôt de trois offres fermes, par CVC, Oaktree et Silver Lake. Hellman & Friedman se retirant, selon la LFP, en raison du contexte géopolitique rendu instable par l'invasion russe en Ukraine.

Le 18 mars, les membres du conseil d'administration visionnent un diaporama qui synthétise les critères des trois candidats et décident de l'entrée en négociations exclusives avec CVC. Les jours suivants, les collèges L1 et L2 reçoivent un condensé du condensé, ficellent la répartition, puis tout ce beau monde se retrouve en AG le 1er avril, en visio, une heure durant, pour valider ce choix. Chose faite, quasiment à l'unanimité (seuls Toulouse et Nancy s'abstiennent).

Un degré d'information qui varie en fonction du canal

Les votants avaient-ils toutes les clés pour prendre leur décision ? Bien sûr, martèle la Ligue. Pas forcément, opposent plusieurs participants aux discussions, encore en poste ou partis depuis : « C'était marche ou crève. » Les clubs ont tous reçu un mail de Labrune, le 30 mars à 15 h 31, soit à l'avant-veille de l'AG de validation, avec les statuts de la société commerciale et le fameux pacte d'associés en pièces jointes. Une centaine de pages, au total.

« Personne ne l'a lu en entier, jure un dirigeant, sûr de lui. Les propriétaires attendaient fiévreusement de passer devant la DNCG, en se demandant comment ils allaient remettre de l'argent et, là, de manière providentielle, "saint Vincent" vous dit qu'il envoie tant de millions. Alléluia ! »Un acteur extérieur des négociations le rejoint : « Les clubs s'intéressent déjà à ce qu'ils vont récupérer, avant de savoir quoi payer. » Un des dirigeants interrogés admet d'ailleurs ne pas avoir tout parcouru.

lire aussiSociété commerciale de la LFP : quels montants et à quelles échéances pour les clubs de L1 ? 

« Mais que voulez-vous dire quand vous êtes assis au milieu des autres clubs ? se défausse un ex-homologue. Il y a une sorte de pression des pairs qui fait que personne n'ose parler. » Quitte à accepter d'être redevable à vie ? « On ne pourrait pas dire qu'on n'a pas été informés, mais on avait très peu de moyens de juger la véracité de ce qu'on nous disait, comme il n'y a aucun contrepoids. »

Seule une délégation réduite du CA, dont Nicollin, Jean-Michel Aulas (OL), Jean-Pierre Caillot (Reims) et Bernard Joannin (Amiens), a été mise dans la confidence par les équipes de la Ligue et a pu échanger avec les représentants de CVC avant l'AG.

Or, le degré d'information a sensiblement varié en fonction du canal (direction LFP, CA réduit ou complet, collèges...). Plusieurs présidents parlent d'« opacité », la Ligue de transparence. Les poids lourds ont obtenu les plus belles parts du gâteau, les « petits » ont récupéré presque une moitié de budget. Et des clubs aux propriétaires très influents, comme Lyon, Strasbourg et Lorient, revendus depuis, ont bénéficié de l'effet d'aubaine et n'avaient aucun intérêt à critiquer un deal à même d'assainir leur trésorerie.

L'ADDITION REVUE À LA HAUSSE ?

Le 18 mars 2022, dans le slide exposant les trois offres aux membres du CA, CVC figure dans la colonne de gauche. Bien positionné (1,5 milliard d'euros pour 13,04 %), là où les offres concurrentes montent jusqu'à 14,5 % pour le même montant. CVC se démarque également sur sa politique de dividendes : il s'engage à ne pas les toucher avant la saison 2024-2025.

Lors des négociations, le fonds luxembourgeois est peut-être aussi moins gourmand que les autres sur la gouvernance. Il exige de pouvoir choisir le directeur financier et le directeur des opérations, mais accepte que le PDG de la future société commerciale soit désigné par la LFP. En cas de démission ou de révocation de ce dernier, en l'occurrence Labrune, CVC pourra cependant co-désigner son successeur.

La LFP, elle, a négocié une période de stabilité de l'actionnariat de quatre ans, qui empêche CVC de vendre ses parts avant l'été 2026. Le fonds est également interdit de forcer une introduction de ses titres en Bourse avant six années.

La Ligue possède également un droit de première offre (elle peut racheter les parts de CVC en priorité) et une clause de « tag-along » (si CVC trouve un acheteur à un bon prix, la LFP aura la possibilité de céder de nouvelles parts aux mêmes conditions). Une éventuelle nouvelle rentrée de cash à court terme, mais une limite à cette dernière clause : la loi française interdit à la LFP de céder plus de 20 % du capital de sa société commerciale.

Des présidents de club affirment avoir « découvert récemment » certains détails dans les clauses

Pendant des semaines de négociations, Labrune et ses conseils se sont ensuite employés à bétonner les garanties. « Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on est dans un environnement totalement traumatisé »par le fiasco Mediapro, explique un des négociateurs du pacte.

Kopf, du cabinet Darrois, tartine ses conditions en cas de défaut de paiement de CVC : possibilité de diluer l'actionnaire, baisse voire suppression des droits de gouvernance, option de rachat des parts CVC avec une décote de 20 % du prix initial...

CVC sait tout autant protéger son investissement contre de potentiels « changements majeurs ». Il fait ajouter une clause Super Ligue : « La situation dans laquelle un club parmi les sept premiers en termes d'allocation des droits audiovisuels cesse de participer au Championnat » au profit d'une nouvelle compétition entraînerait une compensation, peut-on lire.

Imaginons, au hasard, le scénario où le PSG quitte la L1 : CVC réclamerait une indemnisation mais également une augmentation de ses parts, dans la limite des 20 % autorisés. Si désaccord sur l'ampleur du préjudice, un expert indépendant serait désigné.

lire aussiAvec CVC, la Ligue espère multiplier ses revenus par 2,3 

Surtout, CVC se prémunit contre l'hypothèse, loin d'être farfelue (CVC ayant acheté à un niveau très élevé qui valorise la L1 à près de 11,5 milliards d'euros, soit plus que Renault ou Vivendi), selon laquelle le budget prévisionnel dévierait fortement pendant plusieurs années. Une sous-performance de 5 % par rapport au plan d'affaires ? CVC grimpe à 13,46 %. 15 % du plan d'affaires ? Les parts de CVC seraient réévaluées au moment de la vente à 14,29 %.

Ce sont ces clauses et éléments chiffrés, rapportés dans un protocole d'investissement classé secret-défense, qui sont aujourd'hui au centre de l'attention pour ne pas avoir été portées, dans le détail, à la connaissance des clubs.

Pour sa défense, la Ligue estime avoir présenté plus de documentation qu'elle n'aurait pu le faire : « On peut avoir des discussions sur l'utilité, mais, sur l'encadrement global, on n'a pas caché quoi que ce soit ni empêché quiconque de poser la moindre question. »

Une donnée demeure invariable : le rattrapage des saisons précédentes. À croire un président, « certains l'ont découvert récemment ». En clair, depuis un an et demi et jusqu'à la fin de l'exercice en cours, CVC a accepté de ne rien toucher.

Mais, dès 2024, les clubs devront à leur tour signer des chèques en faveur du fonds, y compris pour les saisons 2022-2023 et 2023-2024. La LFP évalue ce rattrapage à 106,8 M€ au total. Son « remboursement » n'est pas encore arrêté. Il se fera en un, deux ou trois versements, à partir de l'été prochain, et s'ajoutera évidemment aux premières ponctions de 13 %.

FROID DE VETO

Quel est le réel « pouvoir » de CVC ? Tout doit désormais se faire avec eux ? Oui, mais, surtout, rien ne peut se faire sans. « Tout le monde est dans le même bateau, assure un acteur de premier plan. Les intérêts de CVC et de la LFP sont désormais liés. Est-ce que les fans sont bien gérés ? Les réseaux sociaux ? La billetterie ? CVC essaie de se placer un peu au-dessus de la mêlée face à la vision parfois court-termiste des clubs. »

En bref, pour tout ce qui se passe au stade et qui est susceptible d'impacter le « produit télé », c'est « CVC qui commande », résume un interlocuteur de la Ligue, qui assure relater les propos, en réunion, de Labrune.

lire aussiDroits TV de la Ligue 1 : pourquoi la Ligue est dans l'obligation d'augmenter ses recettes 

Leurs patronymes ne vous disent sans doute rien, mais Édouard Conques et Jean-Christophe Germani sont les deux représentants de CVC à piloter le projet lié au foot français. Ils sont installés dans le coeur de Paris, près du Palais Garnier, et rattachés au bureau de Londres, où la stratégie « sport » du fonds est coordonnée par un certain Nick Clarry.

En plus d'oeuvrer sur l'appel d'offres des droits télé, les équipes de CVC et de la LFP se retrouvent très régulièrement, parfois chaque semaine, dans le cadre de la société commerciale. Depuis le début de l'année, son directeur général est Benjamin Morel, ancien patron du Tournoi des Six Nations, connu pour avoir vendu un septième de ses parts à... CVC en mars 2021.

Une filiale commerciale hautement implantée dans la gouvernance

Au sein de la filiale commerciale de la Ligue - LFP Media -, CVC a beau détenir « seulement » 13 % du capital, le fonds est hautement implanté dans sa gouvernance. LFP Media repose sur un comité de supervision de cinq membres. Trois de la LFP (le président, Labrune, le directeur général, Arnaud Rouger, et le directeur administratif et financier, Sébastien Cazali) et deux de CVC (Conques et Germani), en plus d'une voix consultative pour le président de la FFF, Philippe Diallo. Aucun représentant de club, en revanche.

Ce comité de supervision régit tout un tas de questions, dites « importantes » (décidées à la majorité simple) ou « réservées » (au moins un vote de CVC nécessaire), d'ordre financier avant tout. Pêle-mêle : l'approbation du budget ou d'un nouveau business plan, les ouvertures de filiales, les conclusions de partenariats, les nominations et révocations, les rémunérations... La création d'un second comité, dit « stratégique consultatif », est prévue.

Selon les statuts, il devait être créé dans les trois mois de la signature du pacte. Cela n'a pas encore été le cas, faute de temps, se justifie la Ligue. Celui-ci pourrait regrouper des personnalités « du sport et du divertissement » et, selon le pacte, « la LFP devra faire en sorte de permettre » à ses membres, désignés par la Ligue et CVC, « de discuter de tout projet » lié au format, au calendrier et au règlement des compétitions. Utopique à l'heure actuelle, balaye la Ligue.

Labrune et consorts ont d'autres priorités : l'appel d'offres des droits télé, dont le lancement a été infructueux le mois dernier. La négociation de gré à gré bat son plein. Il faut dire que le futur proche du foot français dépendra de son résultat. Reste une inconnue supplémentaire à cette périlleuse équation : et si Le Havre obtenait gain de cause devant la justice ?

En attendant, le Sénat, qui avait auditionné Labrune et Rouger lors des discussions législatives liées à la société commerciale, continue de surveiller de près la situation et n'écarte pas la possibilité d'ouvrir une commission d'enquête dans le cas où l'appel d'offres serait défavorable.

publié le 22 novembre 2023 à 23h51mis à jour le 23 novembre 2023 à 09h15

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...