Jump to content

Lmarco

Membres
  • Content Count

    22229
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    84

Lmarco last won the day on September 30 2019

Lmarco had the most liked content!

About Lmarco

  • Rank
    Balzac milien
  • Birthday 01/14/1982

Previous Fields

  • Joueur(s) lensois préféré(s)
    Seydou Keita

Profile Information

  • Localisation
    Paris

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Comme le rappelle Lensois34, la NBA a l'avantage d'être une ligue fermée et complètement indépendante de toute autre institution. L'impact sportif serait plus limité, ça signifierait aucun titre distribué mais pas de conséquences en terme de relégation ou de qualification pour d'autres compétitions. Pour autant il faut se méfier de certaines sources, Adrian Wojnarowski qui est monsieur mercato de la NBA et l'un voire le meilleur insider de ce sport affirmait ce week-end que lors du coup de fil entre Trump et les dirigeants des principales ligues sportives américaines, Silver a fait du lobbying pour une reprise rapide. Il aimerait que les ligues sportives US qui ont été les premiers pans de l'économie en arrêt soient également ceux qui montrent la voie de la reprise, alors pour démêler le vrai du faux là-dedans...
  2. Le gros problème également c'est que les clubs amateurs vont énormément souffrir. On parle de 15 000 clubs et plus de 2M de licenciés. Certains clubs risquent de disparaître et entraineront avec eux tout le maillage local d'apprentissage et de découverte du football, tout un système de pré-formation à l'échelle du territoire. Ceux qui touchent des subventions municipales sont dans l'attente et les municipalités sont toutes à l'arrêt. Côté sponsor, plus on descend bas plus il s'agit d'acteurs économiques locaux de petite échelle, qui pourraient avoir à supprimer cette ligne de coût avec la crise. Et en cas d'impact sur le mercato, il ne faut pas oublier que certains clubs amateurs bénéficient aussi de la redistribution des indemnités de formation. Le président de Saint-Priest (N2) : La FFF évoque un fonds exceptionnel de solidarité qui sera débloqué mais à évaluer plus concrètement. Autre anecdotes sur le sujet :
  3. Côté LFP : Alors que des voix, comme celle du président de Brest, militent pour un arrêt de la saison, le bureau a voté à l'unanimité pour une reprise de la compétition dès que possible et, surtout, pour la fin des Championnats, conformément à la position de l'UEFA. Bertrand Desplat, le président de Guingamp, fort du soutien d'une vingtaine de clubs de L1 et L2, a demandé que deux « dates pivots » soient arrêtées le plus vite possible, une pour la fin de la saison 2019-2020, l'autre pour le début de la suivante, afin que les clubs aient une plus grande visibilité sur leurs besoins de trésorerie. Le groupe de travail sur le calendrier doit fixer ces deux dates d'ici à deux semaines.
  4. Personne ne dit le contraire mais il faut ouvrir les yeux, ça fait des semaines que l'UEFA et les principaux championnats européennes répètent qu'il y a trop d'enjeux financiers pour qu'ils envisagent de stopper les compétitions nationales et européeennes. Il faudrait que la situation sanitaire leur impose un arrêt via les gouvernements pour qu'ils ne reprennent pas. Et encore, ils sont prêts à pousser les compétitions jusqu'à l'automne. L'UEFA ne se fera pourrir par aucune ligue professionnelle majeure publiquement. La Bundesliga veut reprendre au plus vite et la Premier League donnera une première tendance aujourd'hui mais a déjà prévu un plan pour aller au bout. Même en Italie où la crise sanitaire est catastrophique, les dirigeants de la Série A refusent catégoriquement d'entendre parler d'un arrêt du championnat. Il y aura toujours des dirigeants de club qui ont intérêt à ce que ça reprenne pas et des fédérations mineures pour dénoncer la politique de l'UEFA mais tous les grands championnats vivent des droits TV locaux et de l'argent des coupes d'Europe, ils sont pas du tout dans le même cas que la Belgique et ils la fermeront gentiment face à Ceferin. Le vice-président de l'UEFA a encore déclaré ce matin qu'ils travaillent sur des calendriers pour que tous les pays aillent au bout. D'ailleurs la lettre de Ceferrin est co-signée par... Andrea Agnelli (président de la Juve mais surtout de l'association européenne des clubs avec 220 membres de 53 fédérations) ainsi que Lars-Christer Olsson ex-patron de l'UEFA et actuel dirigeant de l'Europeans League (900 clubs de 25 fédérations) qui la représente au sein du comité exécutif de l'UEFA.
  5. Ce sont des compétitions privées avec des règlements clairs, l'UEFA envoie pas des recommandations écrites sans consulter ses conseils juridiques.
  6. L'UEFA réagit à la situation en Belgique : L’UEFA menace d’exclure les clubs belges de la Coupe d‘Europe L’UEFA ne badine pas avec la recommandation de notre Pro League de mettre directement un terme au championnat belge. Dans un document qui a été envoyé à toutes les fédérations, le président Ceferin menace même de ne pas autoriser "les clubs de pays qui arrêtent de façon prématurée et non justifiée leur championnat" d’accès aux Coupes d‘Europe. Son raisonnement : "Vu que la participation aux Coupes d’Europe est déterminée par les résultats sportifs obtenus au terme d’une saison complète, une fin de championnat prématurée laisserait planer un doute sur la réalisation de cette condition. L’UEFA se réserve le droit d’autoriser des clubs aux compétitions européennes de la saison 2020-2021, en se basant sur les règlements en vigueur."
  7. Il faut rappeler le contexte au passage, 29 journées sur 30 de la phase classique ont été jouées en Pro League et le Club Bruges avait 15 points d'avance. Ils renoncent donc surtout aux playoffs et aux descentes, en acceptant l'hypothèse d'une Pro League à 18 au lieu de 16. C'est une recommandation du Conseil d'Administration mais il reste à le faire entériner en assemblée générale avec 24 clubs disposant d'une voix.
  8. Ca date un peu maintenant parce que l'info est déjà connue mais La Voix rappelle aujourd'hui les principaux chiffres de la saison lensoise 2018-2019 sur le plan financier : 31M€ injectés entre 2017 et 2019 par les actionnaires pour couvrir les pertes annuelles récurrentes Les effets du PSE seront visibles sur le budget 2019-2020 (notamment les 35 temps plein supprimés) 11M€ de pertes en 2018-2019 (vs 13,5M la saison précédente) 37M€ de dépenses annuelles (-0,4M€ par rapport à l'année précédente), le poste de dépenses le plus important étant les salaires (17,5M€, 2e club derrière Metz à 22M€) 18M€ de recettes (2e de L2 avec +2,5M€ vs saison précédente) dont 30% des recettes de billetterie de L2 Droits TV en légère augmentation (6,2M€) mais recettes publicitaires en légère baisse (3,1M€ à -0,6M€) Ventes de joueurs reparties à la hausse en 2018-2019 (11,7M€) et déjà bouclées pour la saison 2019-2020 (10M€ budgétés et atteints grâce à Chouiar, Gomis, Duverne)
  9. Le débat portait sur le fait que Canal menace en cas de reprise, pas en cas de suspension. A ce jour, Canal n'a jamais évoqué publiquement d'éventuelles sanctions financières en cas de reprise du championnat. D'ailleurs selon Le Parisien en ce début de semaine, Canal va devoir céder face aux pressions médiatiques sur les matchs déjà diffusés et encore non payés : "Devant le front uni qu'il a réussi à soulever face à lui, Canal pourrait dans les prochains jours céder et finalement régler la note de 42 millions d'euros qu'elle doit à la LFP." Ces 42 millions correspondant aux journées déjà livrées que Canal n'a pas encore payé (6,5% du montant global). Vu la faible létalité statistique en Allemagne en raison des dépistages massifs les mesures extrêmement volontaristes, il y a effectivement de fortes chances que ça finisse pas reprendre. Même chose au Portugal qui a réagi très tôt et ne compte que très peu de cas (13 fois moins que le voisin espagnol, rapporté à la population) avec un pays verrouillé et repassé pour la première fois en état d'urgence depuis la fin de la dictature dans les années 70. La situation en Italie et en Espagne reste inédite (3/4 des décès européens) mais commence à ralentir, ce qui pousse leurs fédérations respectives à croire plus que jamais à la reprise des matchs : Idem en Angleterre, réunion vendredi pour évoquer une reprise à huis clos en mai afin de boucler le championnat d'ici le 12 juillet (date limite autorisée par le contrat actuel sur les droits TV). 762M£ en jeu et s'il faudra l'accord du gouvernement, il se dit en coulisses que celui-ci serait favorable à une reprise tant qu'elle s'effectue sans risques d'exposition sanitaire (médias interdits, sécurité minimale, présence médiale et équipes TV réduites). La Bundesliga et la PL vont tout faire pour reprendre ça mettra la pression sur les autres championnats parce que financièrement ils se sauveront et boufferont le marché.
  10. Canal ne menace aucunement, c'est une hypothèse non sourcée de L'Équipe
  11. Absolument pas pour l'Italie et l'Espagne mais tu retiens ce qui t'arranges. Idem en Angleterre où les enjeux économiques sont pharaoniques. Et en France Canal menace déjà de ne pas verser le solde des droits TV en cas d'arrêt (110M), avec BeIn ca représente 280M en jeu pour la L1 et la L2.
  12. L'Équipe : C'est pourquoi la Fédération internationale pourrait, selon nos informations, décider que le mercato démarrera, dans chaque pays, le jour de la fin de son Championnat et s'achèvera, dans tous les cas, le 31 décembre 2020. Cela donnerait de la souplesse à chacun pour organiser la suite de sa saison sans être tenu par un timing trop serré. Car de nombreux clubs, un peu partout dans le monde, vont avoir besoin de cette manne financière pour ne pas exploser financièrement. Du côté de la FIFA, on s'en tient pour le moment à une communication minimaliste, en insistant sur des discussions en cours, pas encore abouties. « Le 18 mars, le bureau du conseil de la FIFA a décidé de créer un groupe de travail avec les Confédérations en réponse au Covid-19, explique-t-on. Ce groupe de travail évaluera la nécessité d'apporter des modifications ou des dispenses temporaires au règlement de la FIFA sur le statut et le transfert des joueurs afin de protéger les contrats pour les joueurs et les clubs et d'ajuster les périodes d'inscription des joueurs. Ce travail a déjà commencé et sera mené en consultation avec toutes les parties prenantes clés, y compris les confédérations, les associations membres (fédérations), les clubs, les ligues et les joueurs. » Mais d'après les premiers échanges, on sait que la FIFA va recommander de prolonger les contrats des joueurs et entraîneurs arrivant à échéance au 30 juin jusqu'à la fin des saisons domestiques. Tout le monde est d'accord avec cette idée de bon sens. À commencer par Philippe Piat, le président de la FIFPro, le syndicat mondial des joueurs.
×
×
  • Create New...