Jump to content

[2] Ruben Aguilar


Tibbs
 Share

Recommended Posts

Poste : Latéral droit / piston droit
Nationalité : France
Date de naissance : 26 avril 1993
Taille : 1m 72
Poids : 69kg
Lieu de naissance : Grenoble
Date d'arrivée : 2023
International : France (1 sélection)

Repères Carrière :

2004-2011 - Grenoble (formation)
2011-2013 - Saint-Etienne (jeunes/B)
2013-2014 - Grenoble
2014-2017 - Auxerre
2017-2019 - Montpellier     
2019-2023 - Monaco     
2023-…….. - Lens

 

Nombre de matchs à Lens : -
Nombre de buts : -

Fin de contrat en Juin 2026

Edited by Tibbs
Link to comment
Share on other sites

(E. Garnier/L'Équipe)

Foot, 

L1, 

Lens

issu du journal

Comment Ruben Aguilar est passé d'amateur à cadre du RC Lens

Du chômage à la Ligue des champions, le piston droit du RC Lens Ruben Aguilar, recruté pour densifier la concurrence, s'appuie sur sa motivation, qui lui a permis d'être titulaire dix fois sur les douze derniers matches.

Joël Domenighetti, à Avion (Pas-de-Calais)mis à jour le 10 février 2024 à 00h05

ma liste

commenter

réagir

partager

Le « survivant ». En avril 2022, Philippe Clement, l'ancien entraîneur belge de Monaco, avait attribué ce surnom à Ruben Aguilar (30 ans). Le joueur revenait dans le groupe monégasque après une longue mise à l'écart. L'étiquette collait au profil psychologique du piston droit du RC Lens, arrivé en septembre (sous contrat jusqu'en juin 2026), seize fois titulaire cette saison sur les dix-sept matches qu'il a disputés, toutes compétitions confondues. Notamment, trois fois en qualité de défenseur axial droit en l'absence de Jonathan Gradit, suspendu. « Je sortais d'une période très compliquée, se souvient le latéral qui galope entre douze et treize kilomètres par rencontre. Mais je ne montrais rien. J'avais travaillé deux fois plus, parfois chez moi avec un coach personnel. Ça m'épuisait mentalement et physiquement. Ça a fini par payer. Quand on a fait appel à moi, ça s'est bien passé. »

Cet été, le club artésien voulait renforcer la concurrence de son couloir droit. L'expérience et le vécu d'Aguilar à Auxerre, Montpellier puis Monaco faisaient l'unanimité. « Sa personnalité correspond à celle du groupe, note Franck Haise, son coach. Il ne baisse pas les bras quoi qu'il se passe. Il a toujours été présent partout où il a évolué. C'est une chance de l'avoir à chaque entraînement. Quelle que soit la couleur de la chasuble, il envoie. C'est la meilleure manière de ne pas avoir de regret, lui a compris tout ça. »

lire aussiLens confirme ses limites 

Aguilar aurait pu rester un bon amateur. Formé à Grenoble mais contraint de quitter le club qui avait déposé le bilan, il n'avait pas été conservé par Saint-Étienne en 2014. Et envisageait d'utiliser son BEP vente pour retrouver la vie normale. Avant que Jean-Luc Vannuchi, coach d'Auxerre venu superviser deux autres joueurs, ne le remarque lors de la saison 2014-2015 en CFA (N2) avec Grenoble, là où il était revenu conserver la forme.

Il s'est remis lui-même l'épaule à l'issue d'un match

« Heureusement, je ne le savais pas, sinon je me serais mis la pression, rigole le défenseur qui a découvert la L1 à 24 ans. C'est le petit coup de pouce du destin. J'ai une voix intérieure qui me dit : "ne lâche pas". Ce sont des valeurs que l'on m'a inculquées. Mon père répétait :"Tant que tu es investi à 100 %, dans ta vie ou dans ton sport, ça marchera". Comme avec les amis. Ils te le rendent bien. On est pas mal à Lens à avoir la banane. On connaît le sens du mot galère. C'est une période qui marque, donne beaucoup de force. On n'a pas envie de retomber dedans. »

Aguilar est un intransigeant qui ne s'autorise aucun relâchement. Il a terminé son match à Toulouse (2-0, le 28 janvier) en se remettant tout seul son épaule déplacée à deux reprises. Il tolère rarement les écarts en termes de récupération ou d'alimentation. Au point d'avoir entamé le mois dernier une formation en nutrition.

« Je ne remercierai jamais assez Lens d'être venu me chercher, affirme le joueur qui a le même conseiller que Florian Sotoca. Je ne pensais pas que j'allais jouer autant. Ça faisait un bout de temps que cela ne m'était pas arrivé. Et quand je m'attarde une minute sur ma carrière, je me dis que je peux être fier du chemin. Quand on part avec un peu de retard en termes de talent, la persévérance peut ouvrir toutes les portes, jusqu'à celles de l'équipe de France (une sélection en amical contre la Finlande, 1-0, en novembre 2020). »

lire aussiToute l'actualité de la L1 

publié le 10 février 2024 à 00h05mis à jour le 10 février 2024 à 00h05

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...