Jump to content

Recommended Posts

Espagne : feu vert pour une reprise de la Liga à partir du 8 juin

Le gouvernement espagnol a autorisé la reprise de la compétition. Le premier match devrait être le derby de Séville le vendredi 12 juin.

Une telle nouvelle dans un pays fou de foot ne pouvait être annoncée qu'au plus haut niveau de l'État. C'est donc Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, qui s'est chargé hier de faire un immense plaisir à ses concitoyens : « L'Espagne a fait ce qu'elle devait faire et maintenant s'ouvrent de nouveaux horizons, a-t-il expliqué. Le moment est venu de retrouver de nombreuses activités quotidiennes. À partir de la semaine du 8 juin, la Liga sera de retour. »

Les dirigeants considèrent donc que la forte amélioration de la situation sanitaire de l'Espagne, l'une des zones les plus touchées au monde par le Covid-19, permet désormais la remise en marche des Championnats de première et de deuxième division. À huis clos bien entendu. Une grande victoire pour le très puissant Javier Tebas, le président de la Liga, qui, dès le début de la crise s'est démené pour chercher un consensus entre tous les acteurs du foot espagnol et a milité pour que la saison 2019-2020 ne soit pas tronquée.

Le derby de Séville pour commencer ?

Comme le souhaitait Tebas, tout laisse à penser que la première des onze journées restant à disputer commencera le vendredi 12 juin par le derby de Séville opposant le Séville FC au Betis dans le stade Sanchez-Pizjuan. L'une des plus belles affiches que le Championnat puisse offrir. Et devrait se terminer le dimanche 26 juillet.

La plupart des semaines, deux journées seront programmées et la volonté affichée par Tebas est qu'il y ait des matches tous les jours, à part le lundi (refus de la fédération). « Nous sommes très contents de cette décision, reconnaissait le président de la Liga hier sur Twitter. Elle est le fruit du grand travail réalisé par les clubs, les joueurs, les techniciens, le secrétariat d'État au Sport et tous les agents impliqués. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop tard maintenant tout est faussé.. Lesclassements finaux de ces championnats n'auront aucune valeur. 

Et je n'aimerais même pas gagner une Coupe d'Europe cette année. Sans public pour soulever le trophée, tronquée par le virus en plein milieu, ce qui change probablement pas mais de résultats. 

Bref, une saison à oublier. Seuls les sponsors et diffuseurs ne peuvent l'accepter. L'économie, toujours. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

2 cas positif en plus en premier league. 

Beaucoup de championnat vont reprendre. Vont ils aller au bout et si oui dans quel état seront les joueurs car devront enchaîner avec la saison suivante. 

Italie ou PL pas de match avant le 15 juin. 10 à 12 matchs à programmer. 

Mon point de vue c'est que ça devait pas reprendre après chaque pays fait comme ils le sentent. La crise n'a pas été aussi importante d'un pays à l'autre. 

Pour moi la France et les autre pays ont eu raison. Et sincèrement regarder du foot après une hécatombe pareille. 

J'ai un peu regardé cet après-midi leverkusen.ca manque d'intérêt.. Et tout paraît factice. 

Mais bon il faut toucher les droit TV. 

Edited by lensois34

Share this post


Link to post
Share on other sites

Interview d’aulas ce matin dans l’équipe.

journaliste: Mais vous pouvez profiter sportivement d’une reprise.

Aulas: Je n’ai jamais voulu profiter de la situation. Et on verra ce que diront les tribunaux. Cette décision d’arrêter n’est pas normal. Il s’est passé quelque chose, et on le saura. Ce n’est pas bien que cette décision intéresse ceux qui sont montés en Ligue 1 (Lorient et lens), ou pas descendu en ligue 2( il songe peut-être à Saint-Étienne ou Brest).

Et le mieux lol

journaliste: si vous aviez été deuxième au moment de l’arrêt, vous ne tiendriez pas le même discours…
aulas: Je vous promets que si, je vous le jure sur la tête de mes enfants. Je ne suis pas du tout le personnage que certains ont décrit ces derniers temps.

 

😂😂

Share this post


Link to post
Share on other sites

Italie : deux dates de reprise envisagées en Serie A

Le ministre des Sports italien a annoncé qu'il rencontrera les présidents de la Fédération et de la Ligue pour évoquer une éventuelle reprise de la Serie A, le 13 ou le 20 juin.

Interrogé par la chaîne de télévision TG3 dimanche, le ministre des Sports italien, Vincenzo Spadafora, a évoqué deux dates de reprise possibles pour la Serie A, le 13 et le 20 juin. Spadafora rencontrera jeudi le président de la Fédération italienne et celui de la Ligue pour décider ou non d'une reprise.

L'Italie, après l'Allemagne, peut-être l'Espagne et l'Angleterre, ferait machine arrière alors que Vincenzo Spadafora s'interrogeait fin avril, tenté de suivre le chemin emprunté par la France, c'est-à-dire l'arrêt définitif des Championats. « Les deux dates possibles pour la reprise du championnat sont celles du 13 et du 20 juin prochain », a-t-il annoncé.

Déjà vendredi, Spadafora s'était montré plus optimiste en vue d'un retour du football en Italie où l'on espère qu'un isolement de deux semaines avant la reprise suffirait à limiter tout risque de propagation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de lire dans l’équipe que le foot féminin en Espagne et en Angleterre a été arrêtée. pourquoi stopper les femmes et pas les hommes? si ce n'est pas se foutre de la gueule du monde.... business.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 20 juin maintenant en Italie. Ils vont finir à Noël à force. 

Les divisions inférieurs ont été arrêté dans beaucoup de championnat y compris au Portugal. 

 

Edited by lensois34

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il casse les couilles Aulas sérieusement 

Ça devient gênant pour tout le monde, même les supporters lyonnais trouvent ça malaisant. 

Le mec est en boucle, il répond aux tweets pour rabâcher ses arguments. 

Insupportable. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'a en tout cas pas tort quand il met en avant le déséquilibre sportif que ça va entraîner pour les clubs européens entre ceux dont le championnat est arrêté depuis mars et ceux qui auront repris leur compétition nationale. Cela aura aussi un impact sur le coefficient UEFA des clubs mais également des pays. Et financièrement, les pays majeurs qui reprennent vont réussir à mieux limiter l'impact financier que la France, il y aura forcément des impacts que certains refusent de voir. Après le cirque médiatique et les changements de position c'est autre chose, mais il y a un vrai débat de fond parfaitement occulté aujourd'hui, tout comme celui du problème dramatique de gouvernance du foot français.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et l'UEFA ou comment ne prendre juste des décisions pour leur tronche et rien d'autres,, l'UEFA aurait pu  prendre  la décision  de bloquer les coeff à une certaine date et donc parce que le gouvernement Français à pris la décision de fermer le championnat Français nos clubs doivent être pénaliser?.

De toute façon depuis bien longtemps le sport est devenu secondaire, quand on voit les pressions exercées par cet organisme juste pour remplir le tiroir caisse, bref je me suis éloigné du foot et ça me va très bien..........

Edited by LeTarnais

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais en quoi l'arrêt d'une compétition nationale va t il jouer sur un coefficient européen? Et qui sait si les clubs qui auront repris leurs championnats nationaux ne vont pas se retrouver avec des stars blessées ou lessivées en début de saison prochaine? Hormis le pognon, quel aura alors été l'intérêt de cette reprise risquée?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, flame62 a dit :

Mais en quoi l'arrêt d'une compétition nationale va t il jouer sur un coefficient européen? Et qui sait si les clubs qui auront repris leurs championnats nationaux ne vont pas se retrouver avec des stars blessées ou lessivées en début de saison prochaine? Hormis le pognon, quel aura alors été l'intérêt de cette reprise risquée?

S'il y a reprise des matchs européens pour des adversaires dont le championnat est en cours, ce ne sera clairement pas facile pour le PSG en quart ni pour l'OL au match retour face à la Juve. A partir de là, ces résultats impacteront le coefficient UEFA des pays pour les championnats nationaux, qui se calcule à partir des points accordés aux résultats européens (victoire 2 points, nul 1 point, défaite 0 point) avec des points bonus pour l'accès à certains niveaux de la compétition. La France est 5e depuis longtemps et souvent menacée par les pays derrière, que l'on avait fini par repousser, grâce notamment à une superbe saison 2016-2017. On avait mis la Russie à 8 points et le Portugal à 10 points, cette saison le Portugal est revenu à 7 points mais la Russie passe à 11 points avec ces deux dernières campagnes désastreuses. Le Portugal est le principal danger pour nous, surtout que leurs clubs sont réguliers et ne font plus vraiment de coups d'éclat mais n'ont plus de trous d'air non plus, hormis cette fameuse saison 2016-2017 ratée pour eux qui sera effacée en 2021-2022.

C'était l'occasion de rattraper les déboires de la saison puisque Rennes a fini dernier de son groupe de poules en Ligue Europa (1 victoire, 1 nul, 4 défaites) et Saint-Etienne avant-dernier (0 victoire, 4 nuls, 2 défaites). Pendant ce temps-là, Braga a fini 1er de sa poule (4 victoires, 2 nuls, 0 défaite) comme le FC Porto (3 victoires, 1 nul, 2 défaites) et le Sporting 2e (4 victoires, 0 nul, 2 défaites). Seul Guimaraes a flanché (dernier avec 1 victoire, 2 nuls et 3 défaites). Soit en poules 1 victoire française et 5 nuls pour 6 défaites vs 12 victoires portugaises, 5 nuls et 7 défaites. On rappellera ainsi que Strasbourg a été tapé en barrages par Francfort. Heureusement, les 3 Portugais se sont fait sortir en 16es mais avec encore une victoire au passage sur les 6 rencontres. En Ligue des Champions, Benfica a un bilan quasi identique à l'OL (2 victoires, 1 nul, 3 défaites vs 2 victoires, 2 nuls, 2 défaites) et le LOSC a été catastrophique (0 victoire, 1 nul, 5 défaites) donc c'est le PSG qui a sauvé la mise en poules (5 victoires, 1 nul, 0 défaite).

Au global des deux compétitions en poule, c'est 8 victoires, 9 nuls, 13 défaites pour la France, 14 victoires, 6 nuls, 10 défaites pour le Portugal. Donc gagner des matchs pour le PSG et l'OL en phase d'élimination directe est important. Jusque là, ça fait 2 victoires et 1 défaite en 8es de LdC pour les clubs français, avec un retour encore à jouer pour l'OL et un futur quart pour le PSG. Principal risque de perdre une 5e place, perdre une place en Ligue Europa (une seule au lieu de deux) et la future 3e compétition de l'UEFA.

Mais en quoi la reprise en juin de la majorité de ces championnats est-elle si différente d'une reprise en juillet-août après une coupure de plus de quatre mois sans compétition officielle, ce qu'aucun footballeur professionnel n'a jamais connu dans sa vie physiologiquement ? La France n'est même pas cohérente jusqu'au bout puisque les finales de coupe auront lieu (Le Graet les veux en juillet, au plus tard en août !) et les clubs français vont jouer les matchs européens s'ils reprennent avec l'aval de la LFP et la FFF.

Edited by Lmarco

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Lmarco a dit :

S'il y a reprise des matchs européens pour des adversaires dont le championnat est en cours, ce ne sera clairement pas facile pour le PSG en quart ni pour l'OL au match retour face à la Juve. A partir de là, ces résultats impacteront le coefficient UEFA des pays pour les championnats nationaux, qui se calcule à partir des points accordés aux résultats européens (victoire 2 points, nul 1 point, défaite 0 point) avec des points bonus pour l'accès à certains niveaux de la compétition. La France est 5e depuis longtemps et souvent menacée par les pays derrière, que l'on avait fini par repousser, grâce notamment à une superbe saison 2016-2017. On avait mis la Russie à 8 points et le Portugal à 10 points, cette saison le Portugal est revenu à 7 points mais la Russie passe à 11 points avec ces deux dernières campagnes désastreuses. Le Portugal est le principal danger pour nous, surtout que leurs clubs sont réguliers et ne font plus vraiment de coups d'éclat mais n'ont plus de trous d'air non plus, hormis cette fameuse saison 2016-2017 ratée pour eux qui sera effacée en 2021-2022.

C'était l'occasion de rattraper les déboires de la saison puisque Rennes a fini dernier de son groupe de poules en Ligue Europa (1 victoire, 1 nul, 4 défaites) et Saint-Etienne avant-dernier (0 victoire, 4 nuls, 2 défaites). Pendant ce temps-là, Braga a fini 1er de sa poule (4 victoires, 2 nuls, 0 défaite) comme le FC Porto (3 victoires, 1 nul, 2 défaites) et le Sporting 2e (4 victoires, 0 nul, 2 défaites). Seul Guimaraes a flanché (dernier avec 1 victoire, 2 nuls et 3 défaites). Soit en poules 1 victoire française et 5 nuls pour 6 défaites vs 12 victoires portugaises, 5 nuls et 7 défaites. On rappellera ainsi que Strasbourg a été tapé en barrages par Francfort. Heureusement, les 3 Portugais se sont fait sortir en 16es mais avec encore une victoire au passage sur les 6 rencontres. En Ligue des Champions, Benfica a un bilan quasi identique à l'OL (2 victoires, 1 nul, 3 défaites vs 2 victoires, 2 nuls, 2 défaites) et le LOSC a été catastrophique (0 victoire, 1 nul, 5 défaites) donc c'est le PSG qui a sauvé la mise en poules (5 victoires, 1 nul, 0 défaite).

Au global des deux compétitions en poule, c'est 8 victoires, 9 nuls, 13 défaites pour la France, 14 victoires, 6 nuls, 10 défaites pour le Portugal. Donc gagner des matchs pour le PSG et l'OL en phase d'élimination directe est important. Jusque là, ça fait 2 victoires et 1 défaite en 8es de LdC pour les clubs français, avec un retour encore à jouer pour l'OL et un futur quart pour le PSG. Principal risque de perdre une 5e place, perdre une place en Ligue Europa (une seule au lieu de deux) et la future 3e compétition de l'UEFA.

Mais en quoi la reprise en juin de la majorité de ces championnats est-elle si différente d'une reprise en juillet-août après une coupure de plus de quatre mois sans compétition officielle, ce qu'aucun footballeur professionnel n'a jamais connu dans sa vie physiologiquement ? La France n'est même pas cohérente jusqu'au bout puisque les finales de coupe auront lieu (Le Graet les veux en juillet, au plus tard en août !) et les clubs français vont jouer les matchs européens s'ils reprennent avec l'aval de la LFP et la FFF.

Avec une coupure de 15 jours seulement pour les joueurs adverses, j'attends de voir dans quel état physique seront les adversaires en août et surtout pour la saison 2020-2021 avant de me prononcer. Pas sûr que ce soit suffisant pour eux et que ce ne soit pas à l'avantage de Paris. Quand t'es dans le rythme, ok tout va bien, mais quand tu stoppe la compétition il peut y avoir un phénomène de décompression, surtout après tes congés. Et puis le coefficient UEFA, je comprends parfaitement, mais excuse-moi, mais vu les résultats de Paris ces dernières années, je me marre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

5 ème, 6 ème UEFA, est-ce bien important ? Ça fera un club en bois en moins  mais de toute façon on sait que seul Paris peut viser un dernier carré, et éventuellement Lyon, Monaco ou Marseille, une fois par décennie, parvient à faire un beau parcours. 

On s'en branle un peu du classement UEFA. On est déjà derrière les gros championnats, et notre économie et notre culture ne nous feront jamais intégrer le top 3, avec ou sans pandémie. On rétrogradera à la 6eme, au moins au aura un challenge accessible : reprendre la 5eme place. Ce qui est possible rien qu'avec le PSG... dont toute la France hormis les Parisiens, se branle totalement. 

Donc bon, on peut nous avancer des arguments autant qu'on veut, le classement UEFA ça me paraît quand même bien léger. 

Le Great n'est pas cohérent. Évidemment je soutiens l'idée que notre footbal et notre pays sont dirigés par des quiches. 

Mais l'herbe n'est pas plus verte ailleurs. Tebas est une pourriture notoire, et elle est où la cohérence des pays qui reprennent uniquement leur championnat majeurs mais arrête les divisions inférieures et les féminines ? 

 

De toute on se trompe de débat. La question c'est "doit-on ajouter du danger au danger après même pas 3 mois de pandémie ? "

Même si en août le virus ne sera pas vaincu, au moins au aura 6 mois de recul. On ne sait même pas  comment on va vivre le récent déconfinement et ce sur quoi va déboucher tout ce relâchement que l'on a pu constater dès les premiers jours. 

À ce titre je suis d'accord avec Aulas et ceux qui disent que la France a pris sa décision trop tôt. Mais ceux qui reprennent aujourd'hui sont trop hâtifs aussi. L'Allemagne jouit d'une sécurité sanitaire supérieure et d'une sorte de surpuissance économique qui lui permet de l'entretenir. Elle aura malheureusement servi de mauvais exemple pour ceux dont la situation sanitaire n'est pourtant pas comparable. 

Aulas, qui aurait vendu ses propres gosses pour obtenir ce qu'il voulait et qui n'arrangeait que son club, s'est grillé tout seul et a perdu le peu de crédit qui lui restait. Qu'il ferme sa gueule, car il fait pire que mieux ! 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aulas était le premier a vouloir annuler la saison et vouloir le classement de la précédente. Il ne dupe personne avec son cirque, lyon serait 2e il hurlerait partout que la fédération a pris la bonne décision.

Edited by eagle

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, Adjo a dit :

De toute on se trompe de débat. La question c'est "doit-on ajouter du danger au danger après même pas 3 mois de pandémie ? "

Même si en août le virus ne sera pas vaincu, au moins au aura 6 mois de recul. On ne sait même pas  comment on va vivre le récent déconfinement et ce sur quoi va déboucher tout ce relâchement que l'on a pu constater dès les premiers jours. 

Ce qui n'empêche pas de renvoyer élèves et travailleurs au front en ouvrant déjà grand les vannes des transports publics de la plupart des grandes agglomérations françaises. Ce ne sont pas des matchs à huis clos qui représentent du danger là-dedans. Sur le plan sanitaire, rien n'empêcherait de jouer au football à huis clos aujourd'hui comme ce sera de toute façon le cas dans quelques semaines. Les décisions ont été symboliques et politiques, pas sanitaires, et en ce sens le travailleur lambda pourra longtemps se poser des questions sur la priorité donnée à la relance de l'économie plutôt que sa santé, quand le footballeur dort au chaud.

 

il y a 41 minutes, Adjo a dit :

À ce titre je suis d'accord avec Aulas et ceux qui disent que la France a pris sa décision trop tôt. Mais ceux qui reprennent aujourd'hui sont trop hâtifs aussi. L'Allemagne jouit d'une sécurité sanitaire supérieure et d'une sorte de surpuissance économique qui lui permet de l'entretenir. Elle aura malheureusement servi de mauvais exemple pour ceux dont la situation sanitaire n'est pourtant pas comparable. 

Pourquoi l'Allemagne serait trop hâtive alors qu'elle relance l'ensemble de son économie et rouvre tout ? Elle a même relancé le tram de Strasbourg qui passe la frontière jusque Kehl pour les voyageurs autorisés. C'est pareil au Portugal comme dans tous les pays où les championnats reprennent, tous ont su géré la situation sanitaire et reprennent le football comme le travail, dans des conditions aussi maîtrisées que possible. Ce qui pourra faire débat c'est la reprise en Espagne et en Italie, mais la vague est derrière eux et à l'inverse de la France ils ne veulent pas utiliser le sport pro comme symbole négatif d'un lancement de confinement mais symbole positif d'une sortie de confinement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Lmarco a dit :

Ce qui n'empêche pas de renvoyer élèves et travailleurs au front en ouvrant déjà grand les vannes des transports publics de la plupart des grandes agglomérations françaises. Ce ne sont pas des matchs à huis clos qui représentent du danger là-dedans. Sur le plan sanitaire, rien n'empêcherait de jouer au football à huis clos aujourd'hui comme ce sera de toute façon le cas dans quelques semaines. Les décisions ont été symboliques et politiques, pas sanitaires, et en ce sens le travailleur lambda pourra longtemps se poser des questions sur la priorité donnée à la relance de l'économie plutôt que sa santé, quand le footballeur dort au chaud.

 

Pourquoi l'Allemagne serait trop hâtive alors qu'elle relance l'ensemble de son économie et rouvre tout ? Elle a même relancé le tram de Strasbourg qui passe la frontière jusque Kehl pour les voyageurs autorisés. C'est pareil au Portugal comme dans tous les pays où les championnats reprennent, tous ont su géré la situation sanitaire et reprennent le football comme le travail, dans des conditions aussi maîtrisées que possible. Ce qui pourra faire débat c'est la reprise en Espagne et en Italie, mais la vague est derrière eux et à l'inverse de la France ils ne veulent pas utiliser le sport pro comme symbole négatif d'un lancement de confinement mais symbole positif d'une sortie de confinement.

Il fallait bien commencé par quelque chose. C'était pas tout ou rien, c'était petit à petit. Entre le travail, la scolarité et le foot professionnel (avec le message "va te faire enculer!" adressé au sport amateur en résultante), il n'y avait pas photo. Tu te contente de ne voir que le côté huis clos pour les joueurs. La reprise du foot va bien au delà et rajoutera des rassemblements de personnes qui viendront s'ajouter à toutes les aberrations que l'on peut déjà voir. L'économie n'est pas à relancer que par le foot. Et les autres sports? Et les cinémas ? Les Parcs d'attractions ? Les centres de loisirs ? Allez hop, tous à la piscine ! N'oubliez pas votre masque dans le toboggan. 

Dans ce cas là on reprend tout sous prétexte d'économie. Ou alors il ne fallait rien arrêter et ne pas confiner tant qu'on n'y était. La Suède, pourtant toujours pionnière dans les bonnes idées, a fait l'inverse de tout le monde. Avec certes un contexte différent. 

Mais quand on a choisi le carnet de route de la France, L'Espagne, le RU ou l'Italie, il est assez cohérent de ne pas reprendre le foot avant même qu'on n'aie pu faire un bilan et tirer des conclusions concrètes suite à ce virus. On en est toujours aux balbutiements concernant la connaissance de celui-ci, les vaccins, les risques de reprise, la durée etc... 

 

L'Allemagne reprend son économie OK, mais concernant le Football, ils ont choisi de faire cavalier seul et auraient dû attendre, au même titre que la France. Y a t-il ameublement concertation ? Suffrage ? À quoi sert l'Europe ? Le foot n'est pas que national puisque les compétitions européennes et les droits TV font que chaque nation dépend des autres . Le championnat allemand lui seul n intéresserait personne sans l'emulation avec les autres

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le foot et le sport en général est aussi soumis à un calendrier et à des droits tv. Là c'est deux saisons d'impactées (en france pas trop mais en italie angleterre et espagne où ça reprend tardivement, du moins censé reprendre...)et j'ai hâte de voir en mars prochain la tronche des équipes ayant des internationaux et jouant la LDC, entre finir absolument la saison en cours avec une faible prépa plus une saison prochaine condensée et un euro derrière encore. ça va être propre entre les blessures et le niveau de jeu. Finalement, en LDC Paris aura peut être sa meilleure chance l'an prochain quand les autres seront rincés ?

Il me semble que le changement de diffuseur a joué un rôle dans la décision (l'actuel ne voulant plus payer vu que son contrat s’arrêtait en juin). Et surtout comme dit plus haut, quel cohérence si les sports féminins et amateurs sont arrêtés mais pas la 1ere division masculine ? c'est bien une affaire de thunes le problème de fond. Et puis peut on reprocher à la france, pays bas, belgique, ecosse de prendre une décision et à d'autres de faire l'inverse ? ça fait 2 mois que ça discute chacun dans son coin donc il faut prendre des décisions à un moment donné. S'il fallait uniformiser le tout, L'UEFA n'avait qu'à décider, fixer de vrais timelines et prendre ses responsabilités. Au lieu de ça, chacun fait sa soupe et l'UEFA un coup menace un coup ne dit rien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Adjo a dit :

Mais quand on a choisi le carnet de route de la France, L'Espagne, le RU ou l'Italie, il est assez cohérent de ne pas reprendre le foot avant même qu'on n'aie pu faire un bilan et tirer des conclusions concrètes suite à ce virus. On en est toujours aux balbutiements concernant la connaissance de celui-ci, les vaccins, les risques de reprise, la durée etc... 

Ce qui sera toujours le cas lors de la reprise des compétitions cet été, qui devront en plus se précéder de la reprise des entraînements collectifs et de matchs amicaux, surtout après une coupure de plusieurs mois. Et là, bizarrement pas un mot des instances, dirigeants ou joueurs qui préfèrent s'entretuer sur l'ex-future reprise de la saison 2019-2020.

Edited by Lmarco

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...