Jump to content

[7] Florian Sotoca


Recommended Posts

Poste : Attaquant / Ailier droit
Nationalité : France
Date de naissance : 5 octobre 1990
Taille : 1m 87
Poids : 79kg
Lieu de naissance : Narbonne
Date d'arrivée : 2019
International : -

Repères Carrière :
2012-2013 - Narbonne
2013-2014 - Martigues
2014-2015 - Montpellier B puis Béziers
2015-2016 - Montpellier B
2016-2019 - Grenoble
2019-2020 - RC Lens

Nombre de matchs total à Lens : -

Fin de contrat en Juin 2023

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
  • 1 year later...

https://www.lavoixdunord.fr/866740/article/2020-09-17/rc-lens-florian-sotoca-une-force-venue-de-loin

La belle surprise de ce début de saison dans le sens où personne ne l'attendait vraiment à ce niveau, on pensait plutôt que ce serait Banza ou une recrue à sa place. Aujourd'hui, il a clairement une longueur d'avance sur la concurrence à son poste de pivot.

Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, DamieN62 a dit :

https://www.lavoixdunord.fr/866740/article/2020-09-17/rc-lens-florian-sotoca-une-force-venue-de-loin

La belle surprise de ce début de saison dans le sens où personne ne l'attendait vraiment à ce niveau, on pensait plutôt que ce serait Banza ou une recrue à sa place. Aujourd'hui, il a clairement une longueur d'avance sur la concurrence à son poste de pivot.

Bel article. J'étais l'un des rares à être persuadé qu'il allait nous apporter en L1, je l'avais dit avant le début du championnat. Après, il faut resté mesuré et attendre aussi qu'il confirme car on a joué que 3 matchs pour l'instant. Mais je n'ai pas trop de doutes à son sujet même s'il loupera encore des occasions franches, sauf qu'il apporte aussi dans le jeu, dans ses déviations...

Link to post
Share on other sites

Interview de Sotoca:

« Je profite tous les jours, je réalise ma chance d’être dans cette division et dans ce club. Pour moi, c’est magnifique. J’étais encore amateur il y a 6 ou 7 ans. Je donne tout car c’est comme ça qu’on m’a éduqué. Je sais que le monde amateur et la vie à l’extérieur, c’est compliqué, alors je ne lâche rien. Quand je regarde en arrière, je pense à la famille, surtout mes parents. J’avance avec un état d’esprit de revanchard. Je n’ai pas eu l’opportunité de m’exprimer à Montpellier. Je donne tout pour Lens et ses supporters qui méritent d’être là où on est et j’espère tout faire pour le maintien. Je me sens très bien dans ce groupe. Cela rejaillit sur les matches. Je vois aujourd’hui la L1 d’un œil différent. A Montpellier, je ne jouais pas trop, j’étais plus sur le côté. Je le vis pleinement cette fois car je suis complètement dans le projet. J’en profite au maximum car il y a eu des moments plus compliqués, notamment en 2010 quand je me suis fait les croisé en CFA 2 à Narbonne. Ce sont des moments qui forgent mentalement. Là, vous vous dites que pour aller au plus haut niveau, ça va devenir compliqué, mais j’ai bossé pour revenir et ça a marché. Je vais continuer à travailler pour progresser encore. »

« Le plus important pour moi, c’est d’avoir 6 points. Pour un attaquant, c’est toujours mieux de marquer mais j’ai donné 2 buts à Lorient et je ne me prends pas la tête avec ça. Si un autre marque, ce n’est pas un souci tant que le collectif tourne bien. Je sais que ça viendra, ce n’est pas une obsession. Le regard extérieur n’est pas important pour moi, le plus important, c’est celui du collectif, du staff, la confiance que l’on me donne. C’est toujours mieux quand tu es apprécié depuis l’extérieur mais l’essentiel est de l’être à l’intérieur du club. Les amicaux m’ont permis de prendre confiance, mais je sais que ça va venir, je bosse pour marquer et faire marquer les copains. Je prends beaucoup de plaisir dans cette équipe avec un coach qui m’apporte beaucoup de confiance, que j’essaye de rendre. J’essaye de m’adapter à tout le monde, je donne tout et si je dois faire marquer les copains c avec grand plaisir. Si on est plusieurs attaquants à 8-10 buts, ça suffira amplement sur la fin de saison. On a un super état d’esprit, on avancera avec cette concurrence. »

« Je vois Facundo tout seul et je veux lui remettre mais quand je vois la vidéo je me demande pourquoi je n’ai pas tiré alors que je suis à 5 mètres du but. Dans le feu de l’action, je ne m’étais pas vu si près, j’ai un défenseur qui me gêne un peu, j’essaye de remiser et je la mets un peu longue mais en la revoyant je me dis : « Flo tu abuses tu aurais pu tirer ! » Le plus important est d’avoir tenu le résultat la prochaine fois j’essayerai d’aggraver le score pour une fin de match plus tranquille. »

(Source: / lensois.com)

Link to post
Share on other sites

On voit ressortir plusieurs fois son côté altruiste. Et j’aime bien son autodérision sur son but raté. « Flo, t’abuses »
Un bon gars avec un bon état d’esprit qui a su élever son niveau de jeu, même si ça ne sera jamais un Ronaldo ou un Messi.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Propos recueillis de Florian Sotoca: (lensois.com)

« C’était un match qu’on a pris très au sérieux, on savait Saint-Etienne capable de tout . On avait bien préparé ce match, on le débute bien et on a les meilleures situations à 11 contre 11 même s’ils en ont une belle. Puis il y a le penalty et le rouge qui nous favorisent pour la suite du match, mais on sait que contre des équipes à 10, ça reste compliqué. On a essayé de rester calme pour mettre le 2e but. Il est arrivé tard mais on a été sereins et matures dans notre jeu. Ce 2e but a évité une fin de match un peu bancale. C’est bien de prendre 3 points contre cette équipe.  On a essayé d’aller vers l’avant mais ils étaient regroupés. On a un peu perdu notre allant de la première période mais on resté dans notre sujet. C’est bien d’avoir 13 points sur 18. Pour un promu c’est beau mais il ne faut pas se relâcher. »

« On va bien se reposer avant un match très important. On sait que Lille, les supporters et journalistes n’attendent que ça ! Entre nous, on en n’a pas encore forcément parlé. Après la montée, on sait que le derby est très important et on donnera tout sur le terrain. C’est eux qui auront la pression, on va jouer décomplexé et jouer notre jeu. On va essayer d’aller gagner à Lille. »

« C’est vrai que pour un attaquant, c’est toujours bien de marquer en plus. En plus c’est mon premier but en L1, ça fait forcément plaisir. Sur l’action précédente, Jessy Moulin sort vite et je suis un peu surpris, elle touche le poteau, il y a un manque de réussite aussi mais je n’ai pas lâché et ce but vient récompenser mon début de saison. Je vais continuer à travailler ce n’est pas une fin en soi. Le collectif prime. Mes coéquipiers étaient super contents pour moi. Ça fait toujours plaisir de marquer. J’avais beaucoup de confiance et sur les derniers matches je manquais un peu de réussite. »

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Bel article sur Sotoca, et très juste :

https://www.ligue1.fr/Articles/ACTU/2020/10/17/florian-sotoca-apotre-du-collectif-lensois

Florian Sotoca, apôtre du collectif lensois

Auteur d’un début de saison intéressant, l’attaquant du RC Lens Florian Sotoca s’apprête à disputer son premier derby du Nord face au LOSC, dimanche, en clôture de la 7e journée de Ligue 1 Uber Eats.

« Je laisse les gestes techniques à ceux qui savent mieux les faire que moi » : apôtre du travail et du collectif, Florian Sotoca découvre véritablement la Ligue 1 Uber Eats avec le RC Lens à presque 30 ans, l'aboutissement d'une trajectoire atypique pour l'attaquant, qui défie le LOSC dimanche (21h00).

L'élite, Sotoca y avait déjà goûté brièvement en février 2016, pendant quelques instants sous le maillot du Montpellier HSC. Le natif de Narbonne, âgé alors de 25 ans, était entré en jeu à la 89e minute contre... le LOSC (3-0) !

« Ce match à la Mosson est un très beau souvenir, se remémore-t-il. Le monde professionnel, c'était tout nouveau pour moi, après avoir été plusieurs fois sur le banc. Cela récompensait mon année et mon travail avec le MHSC. »

Un bonheur intense pour une minute de jeu qui était restée, jusqu'à cet été, son unique dans l'élite. Car du haut de son 1,87 m, Florian Sotoca a dû redescendre de plusieurs étages. En 2016, malgré « des opportunités en National 1 », le Sudiste opte pour le Grenoble Foot 38, en National 2. Le GF38, en plein renouveau, ambitionne à l'époque de retrouver le monde pro.

Ce travailleur acharné savait où il mettait les pieds. Il a pu aussi compter sur la confiance totale d'Olivier Guégan, son coach d'alors. « Je l'avais pris et je l'avais fait jouer excentré droit, après qu'il ait été latéral à Montpellier. Puis je l'ai fixé en pointe, car il a le profil de l'attaquant moderne, explique celui-ci. Je ne suis pas surpris de son évolution, et fier de l'avoir croisé. »

Deux ans plus tard, Sotoca retrouve le monde professionnel et la Ligue 2 BKT avec Grenoble. Après une saison 2018/19 à 12 buts, l'attaquant met le cap sur le RC Lens.

« J’y ai toujours cru »

« J'y ai toujours cru, je n'ai jamais rien lâché. La Ligue 1 Uber Eats ? C'était une autre étape. » Un palier qu'il n'a pas tardé à franchir, fort de ses qualités humaines qu'énumère Olivier Guégan : « J'aime sa mentalité. Il est positif et travaille pour le collectif. Il pense équipe. C'est un vrai coéquipier, et c'est tellement rare aujourd'hui. »

En Artois, son intelligence et son état d'esprit prennent le pas sur le reste. Son activité incessante sur le terrain fait de lui un indéboulonnable de Philippe Montanier, puis de Franck Haise. Même si son efficacité demeure un axe de progression. « Je donne tout sur un terrain. Oui, je dois gagner sur cet aspect, mais je me dois de travailler devant le but pour avoir plus de réalisme. Je ne vais pas changer, que cela plaise ou non. »

Personne ne le lui demande. Ni ses supporters, ni le Racing. « Il ne doit surtout pas en faire moins, mais il ne changera pas. Il est structuré, intelligent, positif et entraînant ! », estime son ancien entraîneur grenoblois.

D'ailleurs, ne lui parlez pas d'égoïsme ni d'individualisme. « Peut-être que cela vient de mon éducation, réfléchit-il. « Je me mets dans les meilleures conditions pour le collectif. J'essaie de me donner à fond et de respecter les consignes. Je laisse les gestes techniques à ceux qui savent mieux les faire que moi. »

Cela ne l'empêche pas d'être décisif. Florian Sotoca est notamment l'homme qui a inscrit, sans la savoir, le but de la montée en Ligue 1 Uber Eats, au mois de mars. A bientôt 30 ans (le 25 octobre), il vient d'ouvrir son compteur dans l’élite, contre l’AS Saint-Etienne (2-0, 6e journée). « Je l'attendais, c'est vrai, mais ce n'est pas le plus important. »

La priorité à ses yeux ? « Que le collectif tourne bien et gagne ! »

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...