Jump to content
Guest lensois_02

Actualité Footballistique

Recommended Posts

Il y a 1 heure, jean claude dusse a dit :

RIP Michel Hidalgo 

Un entraîneur qui aimait le beau jeu, à l'opposé de tous les tocards d'aujourd'hui 

Clairement

que l’on rebaptise le sdf à son nom !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quitte à renommer le SDF, et sans vouloir porter la poisse, je pense que le nom d'Aimé Jacquet serait plus approprié étant donné que c'est dedans que nous avons gagné la CDM.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est que le début côté amateur, où ça laissera beaucoup, beaucoup de traces et de possibles disparitions de clubs :

Citation

En raison des conditions d'arrêt de leurs championnats, plus de 50 clubs amateurs auraient l'intention d'attaquer la FFF, selon RMC Sport.

L'arrêt définitif de la saison 2019-20 acté le 16 avril dernier, en raison de la pandémie de coronavirus, risque de laisser des traces, notamment dans le monde amateur. C'est ainsi que plus de 50 clubs de football et de futsal, membres de l'association française de football amateur (AFFA) ou d'autres collectifs, ont décidé d'attaquer la Fédération française de football. En cause ? Les conditions d'arrêt de leurs championnats, selon RMC Sport. Des requêtes en ce sens auraient ainsi été envoyées à un cabinet d'avocats.

Un club va saisir le CNOSF

Nombreuses de ces équipes n'y retrouvent pas leur compte, dans la mesure où les critères choisis pour les promotions ou les descentes (limitées à une par poule) ne figurent pas dans les différents règlements. Le club des Hauts Lyonnais va, quant à lui, saisir le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). La formation rhodanienne, leader de son championnat N3 avant l'arrêt le 13 mars dernier, est privée de montée... au nombre de matchs disputés à l'extérieur. Les classements sont établis « selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l'effet des matchs reportés. »

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et l'autre Sadran qui l'ouvre alors que Toulouse a été nul à chier toute la saison.

Nicollin l'a bien calmé !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après les supporters d'amiens je vais pas leur taper dessus. On a assez été en l2 pour savoir que c'est la merde cette division...

Par contre Joanin là moi je peux pas le blairer.

Edited by Ruka-2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, vince a dit :

Crise à l’OM

zubi part, AVB devrait suivre!

Un beau bordel en perspective du côté de Marseille. Pour remplacer Zubizarreta, si j'étais eux je foncerais sur Pickeu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais le PSG serait gravement touché aussi.

Encore une fois, nous sommes vraiment chanceux d'avoir Joseph à la tête du club. Le club ne roule pas sur l'or mais il a suffisamment d'argent pour rester à flot et dans le contexte actuel c'est bien le plus important.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après les plans sociaux annoncés chez RMC et BeIn France, L'Equipe et France Football seraient également menacés :

Citation

Craintes sur des mesures d’économies à « L’Equipe »
L’intersyndicale du quotidien sportif dénonce la volonté de la direction d’imposer des sacrifices aux salariés en échange d’un maintien de l’emploi. La direction confirme étudier toutes les possibilités.

Après ceux d’Altice le 19 mai, c’est au tour des salariés du groupe L’Equipe de voir leur avenir s’obscurcir. Dimanche 31 mai, un courriel de leur intersyndicale (SNJ, SNJ-CGT, UFICT-CGT, SGLCE-CGT) a rendu tangibles les rumeurs qui circulaient, « en interne comme à l’extérieur », sur les projets de la direction : une réduction d’effectifs d’une centaine de personnes, à moins de la signature d’un accord de performance collective, synonyme de baisse des salaires et du nombre de jours de RTT.

Intitulé « La stratégie du choc », le texte dénonce ce que les élus considèrent comme un chantage. « La direction entend profiter d’une crise conjoncturelle pour imposer une attaque inédite contre ses salariés, écrivent-ils notamment (…). Faute de projet stratégique et éditorial pour un fleuron de la presse sportive, la seule solution trouvée par la direction est d’utiliser les salariés comme variable d’ajustement, dans une vision court-termiste de réduction des coûts. »

« Plantureuse trésorerie »
A la direction, on estime que « ce texte ne repose pas sur grand-chose », aucune discussion n’étant encore ouverte. Au cours du comité social et économique (CSE) du jeudi 28 mai, pas un mot sur d’éventuelles mesures d’économies n’avait été prononcé. Mais « toutes les alternatives sont étudiées dans la situation économique difficile que nous connaissons (…), fait-elle savoir au Monde, et en effet, sont à l’étude des réflexions pour le maintien de l’emploi du groupe L’Equipe » – L’Equipe, L’Equipe Magazine, la chaîne L’Equipe, L’Equipe.fr, Vélo Magazine, France Football, Sport & Style, propriétés du Groupe Amaury).


La SAS (société par actions simplifiées) L’Equipe, forte de 352 ETP (équivalents temps plein) et concentrée sur le papier, serait en première ligne, mais L’Equipe 24 24 (125 emplois, hors pigistes et CDD), qui abrite la chaîne, pourrait être également touchée.

« Réduire les congés des salariés ne permet pas de faire des économies, à moins de supprimer des emplois », relève Francis Magois, délégué syndical SNJ, qui estime donc que la promesse, en cas d’accord, de ne pas toucher aux effectifs jusqu’au 31 décembre 2024 n’engagerait que ceux qui y croiraient. « Les salariés qui refuseront de signer l’avenant qui sera ajouté à leur contrat seront licenciés », projette un autre, arguant des « lois Macron qui facilitent les licenciements ».

Autre carburant à la colère qui monte : l’excellente santé financière d’ASO (Amaury Sport Organisation, organisateur du Tour de France, du Marathon de Paris, Rallye Dakar, Paris-Roubaix, etc.), autre entité du Groupe Amaury, dont la « plantureuse trésorerie », selon les termes de l’intersyndicale, pourrait être mise à contribution. « Même un petit pourcentage de cette manne suffirait à éviter la restructuration qu’on veut nous imposer, assure l’un des auteurs du texte. Ne pas y avoir recours prouve que la direction souhaite simplement profiter de la situation liée au coronavirus pour réduire les coûts. » En huit ans, le groupe a déjà connu quatre plans de départs : « On est à l’os », assure le délégué syndical.

Chute des revenus publicitaires
A la direction du groupe, on ne communique pas sur la baisse du chiffre d’affaires publicitaire lié à la crise sanitaire : privé de compétitions sportives, le quotidien a vu ses ventes passer, en mars, sous la barre des 200 000 exemplaires, en baisse d’environ 15 %, malgré un prix de vente ramené à 1 euro. L’annulation du championnat d’Europe de football et des Jeux olympiques, qui devaient avoir lieu cet été, repoussent à la rentrée tout espoir de retour en grâce.

Ayant cessé de paraître, pour cause de confinement, après le numéro du 4 avril, L’Equipe Magazine est toutefois revenu en kiosque le 23 mai. Devenu bimensuel le 7 avril, France Football va garder cette nouvelle périodicité, tandis que, suspendus en avril et en mai, les mensuels Vélo Magazine et Sport & Style devraient, selon une source interne, respectivement reparaître les 5 et 20 juin.

Le Parisien pourrait également ne pas relancer ses neufs cahiers départementaux, ce qui impactera la couverture du sport en IdF dont les clubs pro :

Citation

Les salariés du Parisien inquiets pour leurs éditions départementales

Avec le confinement, les neuf cahiers départementaux du journal ont été ramenés à un cahier unique. Les salariés du Parisien réclament l'arrêt du chômage partiel tandis que la direction prévoit de présenter, mi-juin, son projet pour le journal.

"En septembre nous ne sommes pas sûrs de pouvoir retrouver nos neuf cahiers départementaux", analyse Aymeric Renou, délégué syndical SNJ au Parisien, invité de France Bleu Paris ce jeudi 4 juin. "Ce ne sont pas seulement les syndicats comme le SNJ que je représente qui réclame leur retour, ce sont les salariés des éditions départementales du Parisien également. Les jours qui arrivent vont devenir déterminants. La direction que l'on a rencontrée ce mercredi soir n'a pas répondu aux revendications de l'assemblée générale de ce mardi".

Dans dix jours, la direction doit présenter un projet global, éditorial et de contraintes économiques autour du journal et des éditions régionales. "Les informations locales vont être traitées mais de manière différente" a explique la direction aux syndicats. "Moi je comprends ça à la baisse et il y a de fortes chances que ce cahier régional remplace définitivement les éditions locales du Parisien ce que les reporters et salariés des éditions départementales ne veulent pas".

Une atteinte à l'information de proximité ?
"L'info de proximité, c'est celle par laquelle tout commence. Les lecteurs la souhaitent parce qu'ils veulent savoir ce qui se passe à côté de chez eux et c'est celle qui fait l'étincelle. Parfois, des informations locales deviennent des informations nationales. Si on se prive du lien des acteurs locaux, des associations, des élus, si on minimise, on va se priver de ce relais là et à terme de belles informations", analyse Aymeric Renou.

 

Edited by Lmarco

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toujours sur un sujet économique, je vous conseille d'écouter le début de l'After de ce lundi.
Ca parle de MédiaPro. C'est un secret pour personne mais il y a de plus en plus d'inquiétude sur ce média. Sur sa capacité à payer, assurer la diffusion...

Je pense que l'on n'est pas au bout de nos surprises sur le foot Français.
En espérant que le RCL ait les reins solides si catastrophe industrielle il y a.

Et après Dayan est l'invité pour parler de la série sur Lens. Il parle super bien du club.🙂

Edited by Chtieric

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Chtieric a dit :

Toujours sur un sujet économique, je vous conseille d'écouter le début de l'After de ce lundi.
Ca parle de MédiaPro. C'est un secret pour personne mais il y a de plus en plus d'inquiétude sur ce média. Sur sa capacité à payer, assurer la diffusion...

Je pense que l'on n'est pas au bout de nos surprises sur le foot Français.
En espérant que le RCL ait les reins solides si catastrophe industrielle il y a.

Et après Dayan est l'invité pour parler de la série sur Lens. Il parle super bien du club.🙂

Pour moi les vraies questions sont :

- Que se passe-t-il si Mediapro ne peut pas payer ?

- les clubs sont-ils assurés contre ce genre d'incident ?

- est-ce que la ligue ne demande pas des garanties financières solides pour accorder un marché sur plusieurs années ?

- si Mediapro venait à ne pas pouvoir diffuser la ligue1, est-ce que Bein et Canal pourraient négocier une reprise des droits TV au même prix/ à la baisse ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et de nouvelles rumeurs de rachat à l'OM :

Citation

INFO FIGARO : BOUDJELLAL A CHOISI L’OM PLUTÔT QUE LE SPORTING TOULON

Selon nos informations, l'ex-patron du RCT a tenté, en vain, de se désengager du colossal projet de rachat de l'OM, dont il deviendrait le président. Conséquence directe, ce vendredi après-midi, il ne devrait pas ratifier, comme initialement prévu, sa reprise du Sporting Toulon. 

Avec David Reyrat 

On n’était plus à un rebondissement près dans le feuilleton du rachat du Sporting Toulon. Mais celui-ci est de taille. Un véritable coup de tonnerre. Comme annoncé par Var Matin ce matin, Mourad Boudjellal s’était engagé, en parallèle à son projet toulonnais, à un autre dossier, de son propre aveu «pharaonique». Une offre de rachat de la part d’émissaires du Moyen-Orient pour la reprise de l’OM. Des investisseurs qui exigent que l’ex-président du RC Toulon soit à la tête du club phocéen si leur offre aboutit.

Selon nos informations, Mourad Boudjellal était à Paris jeudi. Jusque tard dans la nuit, dans les salons de l’hôtel George V, il a tenté de négocier son désengagement auprès de l’homme d’affaires franco-tunisien qui représente ces fonds de sociétés privées et étatiques du Moyen-Orient. En vain. Il faut dire que les négociations secrètes durent depuis quelques semaines et que l’offre a été concrétisé.

Une somme colossale
Il y a deux semaines, ce fonds a versé sur un compte de la banque Rothschild la somme colossale de… 700 millions d’euros ! Avec une répartition ainsi prévue : 300 M€ pour le propriétaire actuel Frank McCourt ; 200 M€ pour éponger le passif de l’OM ; une enveloppe de 200 M€ pour le mercato. Car, contrairement à ce que s’emploie à démentir l’actuel président marseillais, Jacques-Henri Eyraud, l’homme d’affaires américain serait bien vendeur. Mais il refuse de l’officialiser pour que le prix du club ne soit pas dévalué lors des négociations.

On en saura beaucoup plus ce vendredi après-midi. Car Mourad Boudjellal se rendra à 14h au stade Bon-Rencontre, l’antre du Sporting Toulon, pour rencontrer le président et actionnaire majoritaire du club de Nationale 2, Claude Joye. Un rendez-vous programmé depuis une semaine qui avait pour but de finaliser la reprise du SCT par Boudjellal.

Boudjellal ne signera pas la reprise du Sporting cet après-midi
Une signature qui, selon nos informations, ne se fera pas. Parce que l’ancien président du RCT n’est pas parvenu à se désengager du projet OM. Mais aussi parce que Claude Joye, comme à chaque étape des négociations est revenu en arrière. Il souhaite de nouveau imposer la présence de son fils dans l’organigramme du Sporting. Avec le pouvoir de double signature pour engager toutes dépenses excédant 3.000 euros. Une condition que Mourad Boudjellal a toujours affirmé inacceptable. Dans l’après-midi, la confirmation tombera donc que ce dernier a choisi l’OM plutôt que le Sporting.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après Jérémy Morel et Stéphane Diarra, Lorient sur le point d'officialiser Quentin Boisgard de Toulouse.  Il y aurait également des discussions avec l'ASSE pour Hamouma. Par ailleurs, Le Fée et Marveaux ont prolongé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.sofoot.com/le-stade-de-reims-balance-son-nouveau-logo-et-devoile-son-maillot-484835.html

Je le trouve dégueulasse le nouveau logo du Stade de Reims. J'allais dire qu'il a le même style que celui de Nantes mais en lisant l'article j'ai vu que c'était justement la même agence qui l'avait réalisé.

J'espère qu'on ne va pas arriver à ça à Lens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...