Aller au contenu
Iron_02

HADOPI

Messages recommandés

Une étude réalisée par HARVARD montre que le téléchargement illégal sur internet serait faborable à la création artistique et aux ventes. mais tout le monde sait qu'Harvard sont des affreux gauchistes et que notre président est bien plus brillant.

Une étude néerlandaise avait eu les mêmes conclusions il y a quelques années ;)

 

En tout cas, le retoquage d'HADOPI par le Conseil Constitutionnel aura coûté sa place à Albanel, remplacée par Frédéric Miterrand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ont dix ans de retard technologiquement mais pas grave, qu'ils restent dans leur obscurantisme forcené :lol:

 

Une solution parmi une bonne dizaines

 

OpenBitTorrent : The Pirate Bay prépare un BitTorrent inattaquable

Guillaume Champeau

 

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans la journée de samedi. Un nouveau tracker BitTorrent, OpenBittorrent.com, a fait son apparition sur le réseau. Selon toutes vraisemblances, il s'agit du nouveau projet des créateurs de The Pirate Bay après l'annonce de la vente de leur site emblématique. Ou s'agit-il seulement de la partie émergée d'un nouvel iceberg prêt à couler le Titanic des industries culturelles ?

The Pirate Bay, OpenBitTorrent, BitTorrent

 

Les créateurs de The Pirate Bay sont-ils tellement illuminés qu'ils pourraient avoir en fait volontairement détruit l'image de leur site lorsqu'ils ont annoncé sa vente à une société obscure qui a immédiatement prétendu vouloir en faire un site 100 % légal qui rémunèrerait les ayants droit et même les P2Pistes ?

 

Le scénario semble fou, mais il n'est pas impossible. Rien n'est de toute façon impossible avec les complices suédois qui n'ont plus à démontrer leur sens de la radicalité. Le suicide organisé de The Pirate Bay aurait en effet l'avantage de démontrer aux studios de cinéma et de musique, qui les traînent en justice, que supprimer The Pirate Bay ou le transformer en site légal comme ils l'ont fait de Napster ne servirait absolument à rien. "Si c'est la mort des .torrents, l'Histoire nous enseigne que quelque chose de mieux viendra (à la place)", avait prévenu le porte-parole de TPB, Peter Sunde. "Le partage de fichiers est beaucoup plus que The Pirate Bay", avait-il aussi écrit sur Twitter.

 

Ce quelque chose de mieux, ce pourrait être OpenBitTorrent. Comme son nom l'indique, le site propose un tracker BitTorrent ouvert. "OpenBitTorrent est un tracker BitTorrent libre pour quiconque souhaite l'utiliser. Vous n'avez pas besoin de vous enregistrer, d'uploader ou d'indexer un torrent où que ce soit, tout ce que vous avez à faire c'est d'ajouter l'URL de OpenBitTorrent dans votre torrent", indique la page d'accueil du site. Pour utiliser le tracker, il suffit donc d'ajouter les adresses http://tracker.openbittorrent.com:80/announce et udp://tracker.openbittorrent.com:80/announce lors de la création du torrent.

 

Officiellement, rien ne montre qu'OpenBitTorrent est le nouveau bébé des créateurs de The Pirate Bay. Mais comme le note Korben, un simple nslookup permet de voir que les adresses tracker.piratebay.org et tracker.openbittorent.com partagent les mêmes adresses IP. Ce qui laisse très peu de doute sur la personnalité de ses auteurs :

 

Name: tracker.thepiratebay.org

Addresses: 2a01:298:3:1::2

192.121.86.6

192.121.86.7

192.121.86.8

192.121.86.2

192.121.86.3

192.121.86.4

192.121.86.5

 

Name: tracker.openbittorrent.com

Addresses: 192.121.86.4

192.121.86.5

192.121.86.6

192.121.86.7

192.121.86.8

192.121.86.2

192.121.86.3

 

Une architecture de liens BitTorrent inspirée de Twitter et l'Iran

 

Le projet correspond de toute façon exactement à ce qu'avait avancé Peter Sunde le jour-même de l'annonce de la vente de The Pirate Bay. En annonçant la fermeture du tracker de TPB, il avait en effet expliqué qu'il serait remplacé par un tracker extérieur décentralisé, ouvert à tous les sites, via une API publique.

 

Par ailleurs, un internaute qui se présente comme un "co-fondateur de The Pirate Bay et du Bureau Pirate", mais qui dit ne plus être investi dans le développement site, avait expliqué avec plus de détails le projet de ses anciens collègues. Ce qui permet d'en comprendre aussi l'intérêt juridique. "Le GROS changement c'est que le tracker va être délocalisé vers une nouvelle société qui ne saura pas ce qu'elle track, juste qu'elle connecte des peers, et les listes de torrents seront gérées par une autre nouvelle société qui aura des torrents mais qui n'aura connaissance ni des contenus ni de qui utilise les torrents", écrivait-il. "Ce montage sera pratiquement impossible à fermer ou il sera impossible de trouver quiconque de responsable pour porter plainte contre eux".

 

Il ajoutait que ces services tiers disposeront d'API, "pour que vous puissiez avoir sur votre blog ou n'importe quoi d'autre votre propre petite liste de torrents exactement comme vous obtenez aujourd'hui vos flux Twitter". "Vous vous souvenez la façon dont la conception de twitter a totalement annihilé les tentatives des iraniens de le bloquer puisque les gens pouvaient obtenir les flux autre part et les lire là bas à la place ? Et bien ce sera pareil pour les torrents et The Pirate Bay", dit-il. En effet, même si l'Iran fermait l'accès à Twitter.com, les iraniens pouvaient toujours utiliser les multiples outils présents sur le net pour publier sur twitter ou lire les flux sans aller sur le site officiel.

 

Si les explications de cet ancien fondateur de TPB sont justes, d'autres pièces du puzzle devraient donc être dévoilées, qui lorsqu'elles seront assemblées permettront d'avoir un protocole BitTorrent beaucoup plus décentralisé, impossible à contrôler, et même éventuellement chiffré grâce à IPREDator.

 

La page d'accueil de OpenBitTorrent prévient que le projet n'est pas géré par une société mais grâce aux dons de ses utilisateurs, et que par manque de temps et de moyens financiers, il n'a pas implanté de fonctionnalité permettant de bloquer un "info_hash", c'est-à-dire qui permettrait aux majors de demander à ce qu'un fichier spécifique (identifié par son "info_hash") puisse être bloqué. "Mais comme dans tout projet ouvert qui est financé par des dons, si vous souhaitez demander une fonctionnalité et que vous êtes prêts à payer pour ça, nous sommes prêts à écouter", explique le site. Les industries culturelles apprécieront.

 

OpenBittorrent prévient d'avance qu'il ne répondra pas aux demandes de retraits de contenus basés sur le DMCA, pour toute une série de raisons :

 

* "Nous n'avons aucun contenu ;

* Nous ne sommes pas un site BitTorrent, nous sommes juste un tracker, nous ne pouvons pas voir quel contenu est derrière un info_hash ;

* Nous n'avons aucun fichier torrent ;

* Nous ne pouvons pas vous donner les adresses IP dans une autre forme que l'usage normal du tracker - le logiciel ne le permet pas ;

* Nous ne pouvons pas vérifier vos revendications si nous n'avons pas d'autre donnée que le info_hash;

* Nous ne pouvons pas bloquer des clés info_hash sur le tracker;

* Nous n'avons aucun log ou de manières de tracer les précédentes connexions, il n'y a tout simplement pas assez de place sur les disque durs ou de ressources IO dans le monde pour faire ça (en tout cas pas dans notre budget opérationnel)

* Et enfin le plus important, nous n'avons pas le temps."

 

Qu'on se le dise, le site de The Pirate Bay est peut-être mort. Mais l'esprit The Pirate Bay est bel et bien vivant. Plus encore aujourd'hui qu'hier.

 

"Nous n'abandonnons pas ce combat. Nous le portons à un autre niveau", avait rassuré Peter Sunde. Il est permis de le croire.

 

On l'a déjà dit, mais à force de chercher le combat, les majors courent à leur perte... il y a de multiples solutions pour préserver la création et les droits d'auteur, mais ces cons préférent persister à essayer de vivre dans une ère révolue où le fric les arrosait continuellement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hadopi 2 : vers une surveillance des courriers électroniques ?

LEMONDE.FR avec Reuters •

 

La version votée, mercredi 8 juillet, au Sénat de la loi Création et Internet, dite Hadopi 2, pourrait permettre aux agents de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet de surveiller les courriers électroniques. Le texte actuel vise en effet les infractions contre le droit d'auteur commises "au moyen d'un service de communication au public en ligne ou de communications électroniques" (article 3).

 

La notion de "communication électronique", qui n'était pas présente dans la version de la loi retoquée par le Conseil constitutionnel, n'est pas définie clairement par le projet de loi. Si l'on s'en tient à la définition du Code des postes et télécommunications électroniques, elle pourrait englober les courriers électroniques, tchats et services de messageries instantanée. Cette intrusion d'une entité administrative dans ce qui est jusqu'à présent considéré comme des correspondances privées provoque déjà un vif débat. Le député UMP Lionel Tardy a annoncé qu'il allait déposer un amendement à l'Assemblée pour retirer cette mention. "Le texte tel qu'il est actuellement rédigé ouvre la voie à la surveillance des mails, ce qui serait une violation du secret des correspondances privées", explique-t-il sur son blog.

 

Selon le rapporteur de la loi au Sénat, le sénateur UMP Michel Thiollière cité par Ecrans.fr, l'introduction de la notion de communication électronique répond à l'injonction du Conseil constitutionnel de ne pas établir d'inégalité "entre les auteurs d'atteintes à la propriété intellectuelle selon que ces atteintes seraient commises au moyen d'un logiciel de pair à pair ou un autre moyen de communication en ligne".

 

Frédéric Mitterrand a lui aussi justifié le retour de l'expression dans le texte en s'appuyant sur la décision des sages. Le rapporteur de la loi à l'Assemblée, le député UMP Franck Riester, a estimé jeudi 9 juillet sur BFM que le téléchargement illégal ne se pratique pas uniquement par logiciels de pair-à-pair et qu'il fallait donc s'intéresser aux autres méthodes de piratage.

 

Reste que le projet de loi ne dit rien sur la capacité des agents de l'Hadopi à détecter les fichiers présumés illégaux, ni sur leur habilitation à observer les correspondances privées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'Assemblée adopte Hadopi 2 contre le téléchargement illégal

LEMONDE.FR | 15.09.09 | 17h09 • Mis à jour le 15.09.09 | 19h50

 

 

"Je suis très heureux de ce vote. Il valide un texte qui respecte l'équilibre entre les intérêts des uns et des autres", a déclaré Jean-François Copé, alors que la loi Hadopi II était adoptée par l'Assemblée nationale, par 285 voix contre 225. Une courte majorité, soulignée par le député socialiste Patrick Bloche, adversaire de longue date du projet : "Il semble que de nombreux députés de l'UMP ne soit pas venus".

 

Pour éviter d'engorger les tribunaux, le projet de loi prévoit le recours à une procédure accélérée, l'ordonnance pénale : un juge unique rend une décision écrite sur la base d'éléments probants, sans débat contradictoire préalable, et sans être tenu de la motiver.</p> <p>En cas de <i>"préjudice lourd"</i> ou si les internautes forment opposition à cette décision, les parties seront convoquées par un juge unique devant le tribunal correctionnel. Selon les prévisions du gouvernement, 50 000 notifications de suspension d'abonnement Internet seront envoyées chaque année.

 

<a name="fen"> Le PS et PCF ont répété leur opposition à ce texte qui prévoit la suspension de l'accès Internet des internautes reconnus coupables de téléchargement illégal. Pour Patrick Bloche, la loi Hadopi 2 met en place un système de "justice expéditive." Le député a d'ores et déjà annoncé que si le texte est maintenu dans sa version actuelle, il fera l'objet d'un nouveau recours devant le Conseil constitutionnel.

 

Principal reproche des anti-Hadopi, l'utilisation d'ordonnances pénales pour remplacer la sanction automatisée, censurée par le Conseil constitutionnel le 10 juin dernier. Cette procédure accélérée fait bien appel à un juge, comme l'exige le Conseil constitutionnel, qui statuera pour déterminer si l'accès au Web de l'internaute fautif doit être coupé. Cependant, il rendra sa décision sans débat contradictoire, et sans la mbotiver. En un mot, sans un procès complet. "Les ordonnances pénales ne sont absolument pas adaptées à la lutte contre le téléchargement illégal", s'insurge Patrick Bloche. "C'est un système qui réduit à une portion congrue les droits de la défense, et elles ne sont adaptées qu'aux cas où il n'y a que peu de contestation possible de l'infraction ; ce qui n'est absolument pas le cas du téléchargement illégal."

 

"LE COMBAT CONTINUE"

 

Le texte devrait être adopté définitivement par l'Assemblée et le Sénat après un passage par une commission mixte paritaire (CMP, sept sénateurs et sept députés pour élaborer une version commune), demain, comme le prévoit la procédure d'urgence décrétée sur ce texte. Cependant, pour plusieurs adversaires de la loi, comme le député apparenté communiste Jean Pierre Brard, il ne sera jamais appliqué : "C'est comme la loi DADVSI ; on le sait tous, y compris à l'UMP, mais les députés de la majorité suivent les ordres." Pour l'élu de Seine-Saint-Denis, qui avait terminé son explication de vote par un "appel aux jeunes" à "continuer le combat", la mobilisation contre Hadopi "a été l'occasion pour des internautes de se mobiliser, de s'organiser en une force politique. Ce qui a été vrai pour Hadopi peut l'être pour tous les autres sujets".

 

Intervenant dans l'Assemblée après le vote, le ministre de la culture Frédéric Mitterrand s'est félicité du résultat. Selon lui, cette loi permettra de "protéger le droit face à ceux qui veulent faire du Net le terrain de leurs utopies libertariennes". Le ministre de la culture se place déjà dans l'après Hadopi et promet de lancer bientôt l'étape suivante : "dégager de nouvellles ressources pour le scréateurs." La mission Zelnick, dirigée par le PDG du label indépendant Naïve, est chargée d'élaborer des propositions pour améliorer l'offre légale. Elle doit rendre ses conclusions d'ici la fin de l'année, propositions qui pourraient déboucher sur un nouveau projet de loi, déjà baptisé officieusement "Hadopi 3".

 

Le Monde.fr avec AFP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

y'a plus qu'à lancer le boycott général sur la vente des disques :ph34r:

 

Oh t'inquiète pas, ils sont en train de se tuer tous seuls à refuser de s'adapter et envisager d'autres systèmes de rétributions. 18% de baisse encore au premier semestre 2009, l'industrie du disque en France a perdu 50% de son chiffre d'affaires en... six ans. Encore six ans et quand ils auront plus que les miettes p-e qu'ils commenceront à réfléchir ;)

 

20090914_08.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une belle équipe de winners

 

« Hello PCI, Juste pour vous signaler que jaimelesartistes.fr a changé de mains, le gouvernement n'ayant pas été foutu de renouveler le nom de domaine. Et ça prétend réguler internet... »

 

Voilà le petit email reçu à l’instant de la part d’une certaine Christine Elbadlel, du site Jaimelesartistes.info.

 

mini-77286-jaimelesartistes-fr-jaimelesartistes-infos-pas-les-majors.png

Depuis le 1er novembre 2009, le domaine du ministère de la Culture monté en collaboration avec plusieurs grands noms de l’industrie culturelle redirige vers le domaine Jaimelesartistes.info. Là, on change du discours pro-hadopiste qui s’affichait à chaque pixel du site Albanien : le site intitulé j'aime les artistes pas les majors, affiche quantité de liens vers les pages de la Quadrature du Net, Canard PC, une de nos actus sur un best of des casseroles de Christine Albanel, des articles de Maitre Eolas, Numérama, La Bataille Hadopi, etc.

 

mini-77284-jaimelesartistes-fr-jaimelesartistes-infos-pas-les-majors.png

Cette gestion du domaine va provoquer sans doute des remous : le site officiel défendu par Christine Albanel avait été facturé au ministère de la Culture, et donc aux contribuables, entre 50 000 et 85 000 euros selon les estimations que nous avait fait la Rue de Valois (hors taxes). Ce site hébergeait une pétition (contestée), des vidéos, et des textes selon lesquels Hadopi 1 n’était pas liberticide... Contrairement à ce que jugera le conseil constitutionnel quelques mois plus tard, sanctionnant une loi Hadopi 1 pour violation du principe de la séparation des pouvoirs, la présomption d’innocence et la liberté d’information, pas moins.

 

Jaimelesartistes.fr avait connu une vie pimentée. Le jeudi 12 mars 2009, le ministère, fier des nouveaux serveurs à rendre jaloux ceux de PC Inpact, nous affirmait : « [les pirates] peuvent toujours attaquer, le site est super blindé ». Quelques minutes plus tard, le site s’écroulait.

Mise à jour :

 

L'internaute derrrière ce site nous a avoué qu'il filtrait, en guise de clin d'oeil tout accès "d'une ip appartenant au ministère de la culture" (technique). "Ces IP sont redirigées vers vers http://www.jaimelesa....info/block.php en m'envoyant un mail au passage". Le premier mail est tombé peu après cette actualité, preuve qu'une IP appartenant à proxy-valois.culture.fr s'est à nouveau préoccupé de Jaimelesartistes.fr.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

Salut ils en parlent sur france 2 ce soir, un petit reportage sur un ami bolbécais qui est co-fondateur d'un site de téléchargement de musique gratuit et legal beezik.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut ils en parlent sur france 2 ce soir, un petit reportage sur un ami bolbécais qui est co-fondateur d'un site de téléchargement de musique gratuit et legal beezik.com

Un ami de Bolbec ??? Tu as des amis en Haute-Normandie ? ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

Purée tu sais qui je suis alors arrête de me les cassez je suis bien ici je ne fou pas le bordel donc bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

Super reportage sur thomas et beezik

 

J'espere que des personne l'ont regardez et qu'on pourra débattre de cela

 

en tout cas malgré cela mon père est toujours borner sur cela popo a peur de recevoir une lettre pour se faire couper son internet :whistling: tout le contraire de ma mere qui comprend...

A je te jure les vieux des fois c'est fou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

beezik je trouve que l'idée est vraiment bonne!

mais leur catalogue est vraiment naze, à part Guetta, Black eyes peas et dans le genre...c'est limite.

Pour le moment je vais me contenter de deezer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

Tout a fait d'accord avec toi tu sais cela fait même pas six mois qu'il l'ont crée et c'est légal deezer je ne crois pas que c'est légal ? bon tu me dira sur deezer tu ne te fera pas niquer

 

Par contre c'est vrai qu'il a pas été con sur ce coup :lol:

 

Le site propose 2 000 000 de titre, c'est agréablement bien installer sur internet, car c'est le Premier a propose des téléchargement GRATUIT et LEGAL sur internet, il a envie de passer a 3 000 000 de titre dans peu de temps et comme cela marche bien il voudrait faire marcher son site a l'étranger notamment l'espagne.

 

Et puis bon on voit rien qu'avec ce reportage comment HADOPI ne sert a rien (mais mon père continue a flippé^^)

Ps: et puis qui sait son site beezik.com marche très bien pourquoi pas une tite collaboration avec lui :ph34r:

Modifié par H2H2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ca serait bien que beezik fonctionne avec un sacré élargissement de leur catalogue, mais je pense que ca viendra (deezer était dans le même cas au début). J'avais lu un article sur eux (beezik) il y'a un mois il me semble dans "micro hebdo".

Deezer je crois que c'est légal...puisqu'ils vendent leurs sons par le biais de itune.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deezer est légale tout comme Spotify, Jiwa etc. C'est bien pour ça que sa m'arrive régulièrement de ne pas trouver ce que je cherche mise à part sur Grooveshark. Ils n'ont pas signé autant de contrat avec les labels que les 3 autres mais c'est là dessus qu'il y'a le + de titre. Spotify étant encore récent il risque de le dépassé mais il n'y a que de la musique occidentale sur Spotify. Ils (Grooveshark)se sont pris 1 procés par EMI et puis les major ne doivent pas aimer leur passé. Grooveshark était 1 logiciel de P2P à l'époque des Kazaa et autre Morpheus.

 

1) Grooveshark (+ de 7 millions)

2) Spotify (+ de 6 millions)

3) Jiwa (4,8 millions)

4) Deezer (+ de 4 millions)

 

Encore une fois, c'est ce qui parais moins bien à première vue sur le papier qui est le + utilisé. Tout comme IE, les consoles de jeux etc.

 

l'abo à Grooveshark est de 30$/an alors que celui de Spotify est de 119.88€/an et ça risque d'étre pareil pour Deezer. Mais bon Spotify est le seul à marcher avec last.fm et pour moi c'est important.

 

Pour en revenir à Beezic, si c'est minimum du mp3 sans DRM c'est bien même si ça serai encore mieux en ogg pour les formats compressé ou en flac mais là l'argument de mettre x titres sur son baladeur n'est plus valable. Sinon y'a Airtist qui propose aussi de télécharger légalement de la musique mais à première vu y'a rien qui m'interesse.

 

 

Le reportage était pas mal et ils n'ont pas hésité à parler des solutions comme Megaupload ainsi maintenant même les neuneux (ce qui ont vu le reportage, comprendront) qui ont regardé pourront télécharger sans se faire prendre.

Modifié par tenuo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A ba tient, il est tout cassé Beezic :

 

An Error has occurred in this application. org.springframework.transaction.CannotCreateTransactionException: Could not open Hibernate Session for transaction; nested exception is org.hibernate.exception.JDBCConnectionException: Cannot open connection Caused by: org.hibernate.exception.JDBCConnectionException: Cannot open connection at org.hibernate.exception.SQLStateConverter.convert(SQLStateConverter.java:74) at org.hibernate.exception.JDBCExceptionHelper.convert(JDBCExceptionHelper.java:43) at org.hibernate.exception.JDBCExceptionHelper.convert(JDBCExceptionHelper.java:29) at org.hibernate.jdbc.ConnectionManager.openConnection(ConnectionManager.java:426) at org.hibernate.jdbc.ConnectionManager.getConnection(ConnectionManager.java:144) at org.hibernate.jdbc.JDBCContext.connection(JDBCContext.java:119) at org.hibernate.transaction.JDBCTransaction.begin(JDBCTransaction.java:57) at org.hibernate.impl.SessionImpl.beginTransaction(SessionImpl.java:1326) at org.springframework.orm.hibernate3.HibernateTransactionManager.doBegin(HibernateTransactionManager.java:510) at org.springframework.transaction.support.AbstractPlatformTransactionManager.getTransaction(AbstractPlatformTransactionManager.java:350) at org.springframework.transaction.interceptor.TransactionAspectSupport.createTransactionIfNecessary(TransactionAspectSupport.java:262) at org.springframework.transaction.interceptor.TransactionInterceptor.invoke(TransactionInterceptor.java:101) at org.springframework.aop.framework.ReflectiveMethodInvocation.proceed(ReflectiveMethodInvocation.java:171) at org.springframework.aop.framework.JdkDynamicAopProxy.invoke(JdkDynamicAopProxy.java:204) at $Proxy38.getAllTagsSmart(Unknown Source) at com.beezik.web.util.pub.PubUtil.updateSessionTagsSmart(PubUtil.java:386) at com.beezik.web.util.pub.PubUtil.updateUnconnectedSessionTagsSmart(PubUtil.java:380) at org.apache.jsp.decorators.publicHome_jsp._jspService(publicHome_jsp.java:181) at org.apache.jasper.runtime.HttpJspBase.service(HttpJspBase.java:98) at javax.servlet.http.HttpServlet.service(HttpServlet.java:802) at org.apache.jasper.servlet.JspServletWrapper.service(JspServletWrapper.java:331) at org.apache.jasper.servlet.JspServlet.serviceJspFile(JspServlet.java:329) at org.apache.jasper.servlet.JspServlet.service(JspServlet.java:265) at javax.servlet.http.HttpServlet.service(HttpServlet.java:802) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.internalDoFilter(ApplicationFilterChain.java:269) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.doFilter(ApplicationFilterChain.java:188) at org.apache.catalina.core.ApplicationDispatcher.invoke(ApplicationDispatcher.java:679) at org.apache.catalina.core.ApplicationDispatcher.doInclude(ApplicationDispatcher.java:584) at org.apache.catalina.core.ApplicationDispatcher.include(ApplicationDispatcher.java:497) at com.opensymphony.sitemesh.compatability.OldDecorator2NewDecorator.render(OldDecorator2NewDecorator.java:46) at com.opensymphony.sitemesh.webapp.decorator.BaseWebAppDecorator.render(BaseWebAppDecorator.java:33) at com.opensymphony.sitemesh.webapp.SiteMeshFilter.doFilter(SiteMeshFilter.java:84) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.internalDoFilter(ApplicationFilterChain.java:215) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.doFilter(ApplicationFilterChain.java:188) at org.springframework.orm.hibernate3.support.OpenSessionInViewFilter.doFilterInternal(OpenSessionInViewFilter.java:198) at org.springframework.web.filter.OncePerRequestFilter.doFilter(OncePerRequestFilter.java:75) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.internalDoFilter(ApplicationFilterChain.java:215) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.doFilter(ApplicationFilterChain.java:188) at com.beezik.web.filter.MessageFilter.doFilter(MessageFilter.java:31) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.internalDoFilter(ApplicationFilterChain.java:215) at org.apache.catalina.core.ApplicationFilterChain.doFilter(ApplicationFilterChain.java:188) at org.apache.catalina.core.StandardWrapperValve.invoke(StandardWrapperValve.java:213) at org.apache.catalina.core.StandardContextValve.invoke(StandardContextValve.java:172) at org.apache.catalina.core.StandardHostValve.invoke(StandardHostValve.java:127) at org.apache.catalina.valves.ErrorReportValve.invoke(ErrorReportValve.java:117) at org.apache.catalina.core.StandardEngineValve.invoke(StandardEngineValve.java:108) at org.apache.catalina.connector.CoyoteAdapter.service(CoyoteAdapter.java:174) at org.apache.jk.server.JkCoyoteHandler.invoke(JkCoyoteHandler.java:200) at org.ap................

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

Normal le serveur a sauté suite a l'émission il y a eu pas mal de conexion donc.....

 

tenuo beezik est legal ET gratuit c'est le premier en france.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas dit que ca ne l'était pas et Airtist existait avant mais c'est pas du tout le même catalogue. Bon Beezic c'est bien mais de 1 si c'est avec DRM c'est pas un bon point de 2 c'est pas avec ça que je vais découvrir de nouveaux artistes car rien que la 1ère page y'a pas 1 artiste que je ne connais pas et de 3, je n'ai qu'à regarder les chaines musicales ou allumer la radio pour les écouter, car pour certains ça ne me dérange pas de le faire.

 

Sinon RIP Mininova

Modifié par tenuo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité H2H2

A mininova maissssssss pas difficile de recrée un site

 

http://www.mightynova.com/

 

Dis moi ,c'est quoi la différence entre mininova et les téléchargement sur des hébergeur comme Megaloap ?(bon tu me dira pour megaloap je sais téléchargement directe(100% de mes téléchargement et dieu sait que j'en fait pas mal passe par le téléchargement direct)

mais pour mininova non)( P2P sur internet ? )

Modifié par H2H2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Enième rebondissement dans la saga tragi-comique de la loi Hadopi. Alors que les premiers e-mails ne seraient envoyés qu'en avril prochain (dans le meilleur des cas), la CNIL fait de la résistance en refusant de commenter un décret d'application touchant aux données personnelles. Or, sans l'avis de la CNIL, la procédure est tout simplement bloquée.

 

Dire que la loi Hadopi a beaucoup de retard est un euphémisme. Initialement prévue pour l'été 2009 au rythme de 3 000 lettres recommandées quotidiennes et 1 000 demandes de suspension d'accès à Internet, la riposte graduée aura connu des reports successifs, signe manifeste d'une loi qui aura accouché dans la douleur.

 

Ainsi, les premiers mails qui étaient censés partir dès la fin de l'année ne seront manifestement envoyés qu'en avril prochain. Si les décrets d'application de la loi sont prêts.

 

Car selon le quotidien économique La Tribune, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) n'a pas souhaité se prononcer sur l'un des décrets d'application, bloquant de fait sa publication et donc l'application de la loi. Cette disposition portait sur la création d'une liste des internautes recensant les infractions reprochées par la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet.

 

Or, l'avis de la CNIL doit être systématiquement obtenu lorsqu'un texte va impacter de près ou de loin les données personnelles des citoyens. La Commission nationale avait d'ailleurs prévenu le gouvernement en mai dernier, expliquant que "la CNIL devra être saisie pour avis du décret d'application relatif aux modalités de mise en oeuvre par l'Hadopi des traitements de données personnelles des internautes faisant l'objet de mesures de suspension. Elle exercera son contrôle sur l'ensemble de ces traitements, conformément à ses missions".

 

Cependant, le silence de la CNIL pourrait éventuellement servir le gouvernement. Avec les régionales en mars prochain, l'exécutif pourrait tout à fait transmettre les décrets en janvier et attendre l'opinion de la Commission nationale. Celle-ci ayant deux mois pour rendre son avis, cela permettrait de lancer l'usine à gaz après les élections. Un bon coup qui enlèverait un argument de poids aux autres formations politiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A mininova maissssssss pas difficile de recrée un site

 

http://www.mightynova.com/

 

Dis moi ,c'est quoi la différence entre mininova et les téléchargement sur des hébergeur comme Megaloap ?(bon tu me dira pour megaloap je sais téléchargement directe(100% de mes téléchargement et dieu sait que j'en fait pas mal passe par le téléchargement direct)

mais pour mininova non)( P2P sur internet ? )

 

 

mighty je connaissais pas.

 

La différence entre Mininova ou autre, même Emule hors réseau kad. C'est que ton ip si tu la "change" pas elle est facilement visible alors que pour les site genre megaupload y'a pas de risque. Aprés y'a aussi le p2p crypté comme Oneswarm mais le problème c'est le nombre de fichier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×